Archives mensuelles : janvier 2016

[Cinéma Gay] Mon avis sur le film La Clé Des Champs / Stadt Land Fluss / Harvest

Nouvelle chronique sur le cinéma gay, consacrée cette fois à un film Allemand, La Clé des Champs.

stadt-land-fluss-movie-poster-2011-1020743603

Titre original : Stadt Land Fluss
Nationalité(s) : Allemand
Date de sortie : 19 Mai 2011
Date de sortie France : 08 Octobre 2011
Réalisé par : Benjamin Cantu
Avec : Lukas Steltner, Kai Michael Müller, Steven Baade
Genre(s) : Romance, Drame
Durée : 1h28

Synopsis : Marko est apprenti dans un grand complexe agricole à Nuthe-Urstromtal, à 60 kilomètres au sud de Berlin. S’il passe ses examens, il sera agriculteur. S’il le veut vraiment ! Il n’a pas beaucoup d’amis et les autres apprentis voient en lui quelqu’un de taciturne et de solitaire. Mais quand Jacob se joint à eux, Marko commence lentement à sortir de sa coquille. En transportant le grain ou en s’occupant des veaux, les deux hommes vont commencer à se connaître. Lors d’une escapade à Berlin, cette relation évolue …

Bande-Annonce

Mon avis : Après mon avis sur le film Hawaii, voici une nouvelle critique sur le film Allemand « La Clé des Champs », intitulé « Stadt Land Fluss » en version originale.

Je serai assez bref car cela fait plus d’un an que j’ai vu le film, et il n’est plus très frais dans ma mémoire. Le film raconte donc l’histoire de Marko, apprenti dans une école agricole, qui a beaucoup de potentiel dans cette discipline, mais qui malheureusement néglige ses études. Le jeune homme est en effet très refermé sur lui-même, très secret, et surtout peu bavard. Pour tout dire, il ne fréquente pratiquement pas ses autres camarades.

Néanmoins, un jour, un jeune garçon dénommé Jacob va faire son apparition dans l’école, et pour tout dire, il ne va pas laisser Marko indifférent. Lentement mais sûrement, les deux vont commencer à se rapprocher, jusqu’à nouer une relation assez complexe, empreinte de désir inavoué et de pudeur.

En ce sens, le film m’a beaucoup fait penser dans son traitement au long-métrage de ma précédente critique, Hawaii. On est beaucoup plus dans la construction des personnages, la complexité des émotions et une mise en scène assez monotone, que dans l’action et la rapidité. Car en effet, il va falloir attendre presque une heure de film, une heure de tension palpable entre les deux protagonistes, une heure à se chercher à l’un l’autre, avant qu’il ne commence véritablement à se passer quelque chose.

Le réalisateur et le scénariste ont donc mis un point d’honneur à montrer qu’une relation ne se construit pas forcément en un jour, ou ne se met pas en place de manière presque magique en quelques scènes, comme on peut le voir souvent dans certains films de romance. Il y a donc tout un cheminement de séquences où Marko et Jacob vont se retrouver, que ce soit pour des activités scolaires (s’occuper des vaches, s’occuper du matériel agricole, etc.), ou alors pour des sorties plus intimes comme une baignade dans un lac. Ce qui permet de montrer étape par étape l’évolution de leur relation. Malheureusement, certains spectateurs peuvent trouver ce rythme très longuet. Et malgré quelques moments plutôt intimes entre Marko et Jacob, notamment après une virée à Berlin, on pourra même aller jusqu’à se demander s’il s’agit bien là d’une histoire d’amour, ou simplement d’une amitié un peu plus poussée, très romancée. Libre choix à chacun de s’imaginer ce qu’il veut, tant le film est ambigüe à ce sujet.

Le cadre est intéressant puisqu’il explore le thème des désirs masculins réciproques dans le monde de l’agriculture, on est donc loin des clichés Hollywoodiens ou des situations convenues. C’est vraiment quelque chose d’original qu’on ne risque pas de recroiser de sitôt et qui permet de lever un voile sur ce milieu parfois méconnu. Par ailleurs, l’homosexualité des deux personnages n’est jamais explicitement confirmée. On ne peut jamais affirmer à tel ou tel moment que l’un ou l’autre est gay. On ne sait presque rien du passé de Marko, et encore moins de celui de Jacob à ce sujet. Il s’agit simplement de deux personnes qui vont commencer à éprouver de la tendresse et des sentiments compliqués l’un pour l’autre.

Le film est assez silencieux et calme, que ce soit dans la réalisation, l’écriture ou la musique. Comme pour Hawaii, beaucoup de longs plans sans dialogue, où tout se joue dans les paysages, les attitudes et les regards. Lukas Steltner et Kai Michael Müller parviennent avec leur jeu à bien définir ce rythme, qu’on sent très réaliste, avec une prestation qui évite certains clichés vus et revus.

Conclusion : un film plaisant à voir, mais qui je trouve s’étire parfois trop en longueur. Il est utile de montrer la construction d’une relation, mais le film manque tout de même un peu de punch et de dynamisme. Malgré tout, reste une histoire très touchante, qui ne rebutera pas pour peu qu’on puisse accepter les quelques longueurs du film, et très bien portée par les deux acteurs principaux.


Pour chaque film gay, j’ajoute une petite note de fin, qui est bien évidemment cachée par une balise SPOILER, afin de vous dire comment, en quelques mots, est la fin : HEUREUSE, 50/50 ou TRISTE. Car personnellement, je suis plutôt amateur de fins joyeuses. Non pas que je n’apprécie pas les drames, mais j’aime bien voir quand même des choses positives de temps en temps. Ainsi, si vous souhaitez voir un film gay qui se termine bien pour voir quelque chose de joyeux, vous aurez le choix de voir comment se termine la fin en dévoilant la balise. Donc à vos risques et périls, ne passez pas votre curseur si vous ne voulez rien savoir !

Comment est la fin ?   Lire la suite

Publicités

[Collection] Sailor Moon Proplica Moon Stick et Crystal Star

Un deuxième article en cette soirée consacré à deux goodies Sailor Moon réceptionné avant-hier. Il s’agit de deux items appartenant à une toute nouvelle gamme de Bandai, appelée Proplica. Cette gamme vise à recréer avec un haut niveau de fidélité les objets phares du manga et de l’anime. Dans les années 90, ces objets avaient déjà édités, mais à l’époque, il s’agissait plutôt de jouets. Ici, avec Proplica, on est vraiment dans l’objet de collection.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec Sailor Moon, voici un cours résumé de l’histoire et du background : il y a des centaines d’années existait sur la Lune un Royaume, le Silver Millenium, habité par une race humaine dénommée les Sélénites. La Reine qui gouvernait ce Royaume s’appelait Queen Serenity. Elle avait une fille, Princess Serenity, qui était tombée éperdument amoureuse d’un Terrien, Endymion.
Sur Terre, la sorcière Beryl, qui était aussi secrètement éprise d’Endymion, et jalouse de voir ce dernier tomber dans les bras de la Princesse, s’allia à une entité démoniaque dénommée Métalia. Aveuglée par la colère, celle-ci mis sur pied une armée de Youmas (qui signifie Monstres ou Démons en japonais) à l’aide Métalia, avec laquelle elle lança un assaut sur la Lune et envahit le Silver Millénium, qui fut mis à feu et à sang.
Presque tous les Sélénites succombèrent. Béryl parvint à trouver Princess Serenity, et tenta de la tuer. C’était sans compter sur Endymion qui s’interposa afin de sauver celle qu’il aimait, ce qui causa sa propre mort. Folle de chagrin, et ne s’imaginant plus pouvoir vivre sans son bien-aimé, Princess Serenity se suicida en utilisant l’épée d’Endymion.
Queen Serenity, sachant que le Silver Millénium était désormais perdu, et son peuple ayant été massacré, n’eut pas d’autre solution que d’utiliser le Cristal d’Argent, un puissant artéfact aux pouvoirs infinis, afin de sceller Beryl et Métalia sur Terre puis détruire leur armée maléfique. Grâce au pouvoir du Cristal d’Argent, elle fit également en sorte de permettre à Princess Serenity, Endymion, ainsi qu’aux guerrières qui étaient chargées de sa protection de se réincarner en tant qu’humains sur Terre.
Cela se produisit bien des siècles plus tard, plus précisément au XXème siècle. Princess Serenity se réincarna ainsi sous les traits d’Usagi Tsukino, une jeune adolescente japonaise. Malheureusement, le sceau que Queen Serenity avait placé sur Beryl et Métalia était imparfait, si bien qu’à la même période, Beryl se réveilla également et se mit à reconstruire l’armée des Youmas, dans le but de voler l’énergie des Terriens afin de permettre à Métalia de se réveiller à son tour. Le retour des forces maléfiques força Luna, une petite chatte qui vivait sur le Silver Millénium et qui a également été transférée sur Terre, à réveiller les pouvoirs d’Usagi. C’est ainsi qu’elle acquit le pouvoir de devenir Sailor Moon, accompagnée de ses quatre fidèles protectrices, Sailor Mercure, Sailor Mars, Sailor Jupiter et Sailor Venus. Ensemble, elles tenteront  d’annihiler une bonne fois pour toute Beryl et Métalia. Voilà pour le background résumé très succinctement.

Le Proplica Moon Stick

Le Moon Stick a été le premier item commercialisé dans cette gamme. Qu’est-ce que le Moon Stick ? Hé bien c’est tout simplement l’arme principale qu’utilise Sailor Moon au cours du premier arc du manga et de la première saison de l’anime. Grâce à celui-ci, elle peut lancer une attaque puissante dénommée « Moon Healing Escalation ».

La boîte est très classe et sobre à la fois. Pour ceux qui aiment aussi exposer leurs boîtes (qui sont parfois presque autant collector que ce qu’elle contienne), c’est un plus ! Vous pourrez également y découvrir la manière dont le contenu y est présenté.

image8 image9

image10

La boîte contient donc plusieurs éléments : le Moon Stick en lui-même, que l’on peut customiser en deux variantes possibles : avec ou sans le Cristal d’Argent (comme dans le manga et l’anime). Il y a également un bonus très sympa : le Cristal d’Argent dans sa forme de fleur qui apparait à quelques reprises dans l’oeuvre. Si on ne met pas le Cristal d’Argent sur le Moon Stick, on peut alors le déposer au centre de cette fleur. Enfin, le Moon Stick est également livré avec un présentoir très pratique pour l’exposer.

image13image11

image12

Le must du must, c’est que ce Proplica Moon Stick ne se contente pas seulement d’être une réplique parfaite de son équivalent imaginaire, il possède également une fonction pour le moins surprenante et qui sera propre à cette gamme : il est capable d’émettre des sons. Ces séquences sonores sont directement tirées du dessin animé, et changent selon que le Cristal d’Argent soit inséré ou non. Par ailleurs, il est également possible de faire pivoter la partie dorée en bas du Moon Stick, et de presser plus au moins longtemps le bouton déclencheur, pour encore plus de variantes possibles ! Mais ce n’est pas tout … car il y a effectivement 4 ampoules LED qui vont s’allumer et produire des couleurs lors des séquences sonores, illuminant notamment le Cristal d’Argent, et reproduisant fidèlement la manière dont le Moon Stick fonctionne dans l’anime.

Voici la liste de ce qui faisable :

  • Sans le Cristal d’Argent et Mode Étoile (Sans Voix) :
    – Appui Court : Moon Healing Escalation (Version Normale)
    – Appui Long : Détecteur de Monstre (Presser à nouveau pour faire varier la vitesse)
  • Sans le Cristal d’Argent et Mode Lune (Avec Voix) :
    – Appui Court : Moon Healing Escalation (Version Normale)
    – Appui Long : Son Bonus (Dialogue / Pas d’Illumination)
  • Avec le Cristal d’Argent et Mode Étoile (Sans Voix) :
    – Appui Court : Moon Healing Escalation (Version Cristal d’Argent)
    – Appui Long : Moon Healing Escalation (Version Queen Serenity)
  • Avec le Cristal d’Argent et Mode Lune (Avec Voix) :
    – Appui Court : Moon Healing Escalation (Version Cristal d’Argent)
    – Appui Long : Moon Healing Escalation (Version Queen Serenity)

Voici une courte vidéo avec le Cristal d’Argent, Mode Lune et Appui Court :

Bref, comme vous pouvez le constater, il y a pas moins de 8 modes différents quand on veut s’éclater un coup ou montrer le Moon Stick à un ami ! Personnellement je trouve le Moon Stick très réussi et c’est un Must-Have pour tout fan de Sailor Moon. Malheureusement il y a trois bémols bémols : un prix assez élevé (comptez de 70 à 100 euros, voire parfois plus, il faut donc dénicher la bonne affaire ou le bon site marchand), le fait qu’il soit intégralement en « plastique », de bonne qualité certes, mais quand même quelques parties métalliques vu le prix n’auraient pas été de trop. Et enfin, là je trouve ça scandaleux, aucune pile n’est fournie pour faire fonctionner le Moon Stick ! Étant donné le prix, on pourrait s’attendre à ce qu’elles soient fournies, que ne ni ! C’est donc à vous qu’il incombera de vous procurer 3 piles plates LR44 pour pouvoir utiliser les fonctions électroniques du Moon Stick …

image15

Malgré tout, c’est véritablement un objet de collection magnifique, et non pas un simple jouet que vous pourriez refourguer à un gamin pour qu’il s’amuse avec.

Le Crystal Star

Le Crystal Star est l’objet dont se sert Usagi à partir de l’Arc 2 du manga et de la saison 2 de l’anime pour se transformer en Sailor Moon. C’est une broche qu’elle porte sur le torse, et qui contient à l’intérieur le Cristal d’Argent.

image2 image3image4

La petite boîte du Proplica Crystal Star est comme celle du Moon Stick également très jolie, avec le nom Crystal Star bénéficiant d’un effet arc-en-ciel ajoutant un côté magique. L’intérieur de la boîte est agréablement présenté, et c’est un bonheur de déballer et découvrir le produit.

Le Crystal Star tient dans la paume de la main et il est très fidèlement reproduit. Lorsqu’on l’ouvre, on y découvre le Crystal d’Argent ainsi qu’un miroir sur le dessus.

image5image6 image7

Tout comme le Moon Stick, il a également une fonctionnalité sonore et lumineuse, puisque lorsqu’on presse le Cristal d’Argent, celui-ci va s’illuminer, et on pourra entendre la séquence de transformation d’Usagi lors de la saison 2, toujours avec différentes options :

  • Mode A – Le Cristal d’Argent s’illumine en rouge :
    – Appui Court : Musique de Transformation (Avec Voix)
    – Appui Long : Musique d’apparition de Sailor Moon
  • Mode B – Le Cristal d’Argent s’illumine en bleu :
    – Appui Court : Courte Mélodie
    – Appui Long : Musique de Transformation (Sans Voix)

Voici une vidéo avec les deux musiques du Mode A :

Bref, à nouveau plusieurs possibilités pour s’amuser et tester les différentes versions disponibles ! Comme le Moon Stick, les trois moins sont le prix (comptez entre de 40 à 60 euros en moyenne), le fait que l’objet soit majoritairement en plastique, mais de bonne qualité, et enfin les trois piles LR44 nécessaires au fonctionnement non fournies … Il n’en reste pas moins que le Crystal Star est magnifique, et qu’il ira trop bien au côté de vos autres Proplicas où tout simplement au milieu de quelques SH Figuarts estampillés Sailor Moon ^^

Pour conclure, le Moon Stick et le Crystal Star sont vraiment deux objets à posséder si on est collectionneur et fan de Sailor Moon. Au début, j’étais assez septique, car faisant déjà la collec’ des SH Figuarts et Figuarts Zero Sailor Moon, j’avais peur que ça fasse trop, mais une fois qu’on les a devant soit, on ne regrette pas son achat 😛

[Cinéma Gay] Mon avis sur le film Hawaii

Nouvelle chronique sur le cinéma gay, consacrée cette fois à un film Argentin, Hawaii.

fc19ffe22cebf63c175bcafa5b72071a

Titre original : Hawaii
Nationalité(s) : Argentin
Date de sortie : 13 Avril 2013
Date de sortie France : 10 Avril 2014
Réalisé par : Marco Berger
Avec : Manuel Vignau, Mateo Chiarino, Luz Palazón
Genre(s) : Romance, Drame
Durée : 1h42

Synopsis : Martin et Eugenio, deux amis d’enfance, passent leur été ensemble, à retaper la maison de campagne d’Eugenio. Le temps s’écoule paisiblement au rythme des vacances. Entre travaux, siestes champêtres et baignades, un jeu de séduction se dessine peu à peu entre les deux garçons et transforme doucement la nature de leur relation …

Bande-Annonce

Mon avis : Nouvelle chronique sur un film visionné il y a déjà quelques mois désormais ! Il n’est donc plus tout frais dans ma tête, mais je vais quand même tenter de livre une courte critique à son sujet.

Premièrement, le film m’a bien plu, ce qui est bon signe. Il m’a beaucoup fait penser dans son traitement au film « La Clef des Champs » pour lequel je dois également livrer mon avis.

Le début du film nous fait découvrir le personnage d’Eugenio, dont on découvre qu’il est complètement fauché et est carrément sans domicile fixe. Il vit donc au petit bonheur la chance, en dormant parfois en pleine nature, et en gagnant un peu sa croûte en effectuant quelques travaux ou du jardinage chez des gens.

Au cours de son périple, il finit par tomber chez Martin, le second personnage principal. Martin va accepter d’embaucher Eugenio pour effectuer des réparations et de l’entretien chez lui. Mais rapidement, Eugenio va avouer qu’il n’est pas arrivé là par hasard. Il va rappeler à Martin que lui et Eugenio étaient amis pendant leur enfance, ce qui va créer un premier rapprochement.

Bientôt, une tendre relation d’amitié va renaître entre les deux compères, où va commencer à s’immiscer un désir et une tension sexuelle palpable. En effet, Eugenio va se rendre compte que Martin est devenu écrivain, mais qu’il dessine également. Il va tomber sur des croquis d’hommes nus, et s’apercevra que Martin est gay.

Le rythme du film est très lent et très doux. Si vous êtes plutôt amateur « d’action », et que vous attendiez un film où les choses se déroulent rapidement, il vaudra mieux passer votre chemin. Car effectivement, le but du film est de montrer tout du long la manière dont les deux amis vont (re)construire leur relation, parfois avec perte et fracas, à cause justement de ce désir inavouable et de cette alchimie qui va s’opérer.

Les deux acteurs principaux, Manuel Vignau et Mateo Chiarino, livre une prestation faisant écho  à ce style, avec beaucoup de poses statiques, de gestes épurés, tout en mettant bien en avant la frustration et l’envie qui prend place l’un envers l’autre.

Le rythme lent du film prend aussi place, en plus du scénario, dans la mise en scène propice à de très longs plans silencieux. Il peut ainsi se passer plusieurs minutes sans qu’aucun dialogue ne soit prononcé. On est donc vraiment dans le minimalisme, et cela même dans les décors qui sont pratiquement toujours les mêmes, ou avec l’entourage des deux protagonistes, car à part au début et au milieu du film, on ne croise pratiquement aucun autre acteur. Le film est véritablement exclusivement centré sur Martin et Eugenio.

Ce ton léger, extrêmement calme et apathique voulu par le réalisateur se retrouve également dans les musiques, qui sont très en retrait et discrètes, parfois simplement composées de quelques notes subtiles.

Malgré cela, j’ai trouvé la construction scénaristique qui permet l’évolution de la relation d’Eugenio et Martin très agréable, et surtout très touchante. On s’attache vraiment très facilement à ces deux personnages, on suit leur périple, jusqu’au poing d’orgue final du film qui est juste parfait !

Une petite production venue tout droit d’Argentine que je recommande donc vivement à tous mes lecteurs 🙂


Pour chaque film gay, j’ajoute une petite note de fin, qui est bien évidemment cachée par une balise SPOILER, afin de vous dire comment, en quelques mots, est la fin : HEUREUSE, 50/50 ou TRISTE. Car personnellement, je suis plutôt amateur de fins joyeuses. Non pas que je n’apprécie pas les drames, mais j’aime bien voir quand même des choses positives de temps en temps. Ainsi, si vous souhaitez voir un film gay qui se termine bien pour voir quelque chose de joyeux, vous aurez le choix de voir comment se termine la fin en dévoilant la balise. Donc à vos risques et périls, ne passez pas votre curseur si vous ne voulez rien savoir !

Comment est la fin ?   Lire la suite

[Collection] Statuette Officielle Underworld Lycan (Coffret Ultimate Hero Pack Quadrilogy)

Je commence cette nouvelle série d’articles avec un très beau coffret Underworld (pour ceux qui ne s’en doutaient pas encore, ma saga ciné préférée ^^) que je viens de recevoir, et qui m’intéressait plus particulièrement pour son contenu bonus que pour ses 4 Blu-Rays, car je possède déjà les quatre films Underworld dans ce format !

Je l’ai découvert par hasard lors de recherches sur Google, et j’ai immédiatement voulu me le procurer. Et j’ai trouvé ça très dommage que nous n’ayons pas eu ce genre de choses en France. Alors certes, si, nous avons bien eu un coffret tétralogie Blu-Ray collector, qui contenait une statuette de Sélène, mais il faut dire que si le corps était réussi, le visage lui l’était beaucoup moins, et la pauvre Kate Beckinsale, qui est si jolie, ressemblait plus à Michael Jackson qu’à Sélène sur cette pauvre statuette. J’avais donc fait l’impasse dessus à l’époque !

J’ai donc reçu mon coffret hier, et voici un petit avis rapide accompagné de quelques photos.

Tout d’abord, la boîte est vraiment imposante ! Je ne pensais pas qu’elle était aussi grande et large. Moi qui voulait la mettre en haut de mon étagère, juste au dessus de ma partie « collection Underworld », ça va être chaud avec la mansarde  de ma chambre !

image2 image3
À l’ouverture du Pack, on trouve directement sur le dessus le coffret « quadrilogy ». Il s’agit d’une boîte métallisée du plus bel effet avec relief qui reprend l’image magnifique du coffret. Au dos, une image assez classe de Marcus qui s’apprête à rentrer dans le Sancta Helena pour y rencontrer son père Alexander. Pour ceux qui sont intéressés par ce Hero Pack et qui pensent faire d’une pierre deux coups avec l’achat de ce dernier pour avoir tous les films de la saga en Blu-Ray, attention ! Si vous êtes un adepte de la VF et que vous ne regardez les films Underworld qu’en français, passez votre chemin : en effet, seuls les 2ème et 3ème films possèdent une piste VF. Néanmoins, pour tous les films, il y a la version anglaise sous-titrée français. En revanche, si vous n’avez que faire du coffret et que seule la statuette vous intéresse, comme moi, dans ce cas n’hésitez pas et foncez.

image4 image5
Enfin, passons aux choses sérieuses … les images de la statuette ! Pour commencer le contenu de la boîte. La statuette est protégée par une épais fourreau en polystyrène ainsi qu’un emballage plastique autour des pièces que j’ai retirés pour faire la photo suivante :

image6

Pour le prix auquel je l’ai payée, je trouve la statuette vraiment très sympathique ! Elle décrit plutôt fidèlement un Lycan dans une posture assez classe. Bon ok, ce n’est pas 100% aussi fidèle qu’un Lycan grandeur nature, mais pour une figurine de coffret collector payé une soixantaine d’euros, c’est tout à fait satisfaisant. Le seul bémol qu’on pourrait mentionner, c’est la tête qui est peut-être un poil trop imposante. Je trouve également les yeux beaucoup trop sombres, normalement les Lycans ont les yeux légèrement bleus foncés, or ici ils sont complètement noirs, son regard a donc l’air un peu vide, mais ça peut se corriger.

image7 image8 image9

Le plus que j’aime énormément, c’est le décors qui sert de support à la statuette. Une espèce de ruine de pierre qu’on croirait toute droit sortie du troisième film. D’ailleurs la statuette en est clairement inspirée, reprenant le thème de l’esclavage des Lycans, puisqu’on trouvera sur le pilonne à l’arrière deux chaînes accrochées qu’on peut s’amuser à mettre comme on les souhaite. Personnellement je les ai mises autour des mains du Lycan pour rappeler l’idée de servitude. On a également droit à une petite plaquette dorée à l’avant où est inscrit « Underworld ».

image10 image11
Bref, un achat dont je suis très heureux et qui rend très classe dans ma partie « Collection Underworld » ! Je le recommande vivement à tous les fans qui souhaitent avoir une statuette Underworld et qui ne peuvent pas forcément se permettre d’investir 300 USD dans un produit HCG. Je suis désormais impatient de recevoir le second coffret collector que j’ai commandé avec le Shuriken Razz

image12

Quelques news sur mes travaux : bientôt le retour de Nocturne !

Bonjour à tous les lecteurs de Nocturne World 🙂

Depuis que j’ai terminé de publier Free Fall : Renaissance, ma suite du film allemand Freier Fall, je dois avouer que je n’ai pas été très présent sur mon site. Il faut dire que le travail sur Free Fall m’a tellement absorbé pendant plusieurs mois, que j’ai voulu me mettre un peu en « off » après l’avoir terminé. D’autant plus que comme à l’époque je bossais encore, ce n’était pas évident de conjuguer animation du site et travail.

Mais depuis quelques temps, je suis libéré, et je compte bien reprendre en main le site comme il se doit 🙂 Tout d’abord, sachez que je me suis remis au boulot sur ma fiction principale, Nocturne, qui était en pause depuis deux ans. Je suis à l’heure actuelle en train de reprendre les anciens chapitres pour corriger certaines choses et revoir quelques éléments. Une fois cela terminé, je pourrai en reprendre pleinement l’écriture, et enfin pouvoir vous faire découvrir le chapitre 8 et ainsi de suite !

Je continuerai également à poster de temps à autre des critiques sur des films et séries à thématique LGBT (ou non) que j’ai regardés récemment, et d’autres articles plus personnels comme par exemple mes passions pour la collection de statuettes, figurines et autres goodies issues de deux mangas dont je suis fan, Saint Seiya et Sailor Moon. Sans oublier Underworld, Resident Evil, etc.

Bref, j’espère que vous serez également au rendez-vous ! Et surtout n’hésitez pas à me laisser des commentaires pour donner vos avis ou tout simplement pour demander à ce que je poste un article sur un film ou une série en particulier 😉

Enfin, une dernière chose, sachez que je suis présent sur les réseaux sociaux, et que le site a même une page sur Facebook où je poste un statut dès lors qu’un nouvel article fait son apparition ici. Un bon moyen d’être tenu informé s’il y a du nouveau sur le site 🙂

La page Facebook : https://www.facebook.com/thenocturneworld/
Mon Twitter : https://twitter.com/MiloCorvinus
Mon Tumblr : https://www.tumblr.com/blog/milocorvinus
Mon Instagram : https://www.instagram.com/romycorvin/

À très vite les amis !