Archives pour la catégorie Littérature

[Littérature] Mon avis sur Entretien Avec Un Vampire

Auteur : Anne Rice
Éditeur : Plon
Nombres de pages : 352
Date de parution France : 01/01/1978

Résumé : À San Francisco, un journaliste se fait approcher une nuit par un homme se prétendant être un vampire et disposé à lui livrer l’histoire de sa « vie ». Jeune propriétaire terrien vivant en Louisiane à la fin du XVIIIe siècle, Louis est un homme dépressif rongé par la culpabilité depuis la mort de ses proches. Un soir, il est approché par Lestat, une puissante créature, qui le transforme en vampire. Mais Louis n’accepte pas cette nouvelle condition et refuse de tuer des humains pour survivre. Après quelques années de vie commune sur la plantation de Louis, les deux vampires quittent la Louisiane pour échapper à une révolte d’esclaves ayant percé leur vraie nature. Ils s’installent alors à la Nouvelle-Orléans où Louis se met à imaginer sa vie loin de Lestat qu’il déteste. Ce dernier, ne voulant pas que son compagnon le quitte, transforme Claudia, une jeune enfant de cinq ans, pour que Louis reste à ses côtés. Les trois vampires vont ainsi vivre comme une famille pendant des années, jusqu’à ce que Claudia prenne conscience que son éternel corps de fillette ne lui permettra jamais de s’accomplir en tant que femme. Elle se met alors à détester ses deux créateurs, notamment Lestat qui l’a transformée et prévoit de se débarrasser de lui afin de partir avec Louis à la recherche d’autres vampires susceptibles de leur enseigner ce que Lestat ne leur révèle pas s’agissant de leurs origines …

Mon avis : Pour tout amateur de Vampires, Entretien avec un Vampire d’Anne Rice est une oeuvre incontournable et immanquable, que je n’ai honteusement lue que récemment. Je me suis dit que je ne pouvais pas passer à côté, tant l’aura de ce livre continue de perdurer, plus de 40 ans après sa première publication. Au début des années 90, le livre aura même eu le droit à une adaptation cinématographique bien connue, avec Tom Cruise et Brad Pitt en têtes d’affiche.

Il faut dire qu’avec Entretien avec un Vampire, Anne Rice a effectué ce que George A. Romero a accompli au cinéma avec les morts-vivants : elle a tout simplement dépoussiéré le mythe du Vampire pour le faire entrer dans une ère moderne, dont bien des écrivains et des scénaristes se seront inspirés par la suite. Il suffit de voir à quel point son image du Vampire, – sombre, séducteur, doué de sentiments, et parfois impitoyable – est devenue une norme dans la plupart des oeuvres récentes. Seul Bram Stoker avec Dracula avait réussi à faire mieux avant elle.

Par quoi commencer ? Peut-être la forme d’adopte Anne Rice pour mener son récit : celle d’une interview, comme l’indique le titre (du moins dans sa version anglophone), qui permet au personnage principal, Louis, de nous narrer son histoire juchée d’embuches et de rebondissements, depuis sa renaissance en tant que vampire jusqu’à nos jours. Anne Rice nous fait traverser ainsi près de deux siècles aux côtés de Louis, qui est interviewé par un jeune journaliste pour le moins surpris au départ de s’adresser à un vampire. Une manière originale de narrer un récit !

L’écriture adoptée par Rice verse beaucoup dans la description, que ce soit celle des décors ou des sentiments de Louis, sur un ton tantôt bucolique, romantique, dépressif voire complètement noir ! Il faut dire en effet, pour l’anecdote, que l’auteure s’est mise à écrire son livre phare suite au décès tragique de sa propre fille, une disparation elle s’est très difficilement remise. L’écriture a ainsi pour elle été un exutoire nécessaire, une échappatoire à l’horrible réalité que lui faisait face. On se retrouve donc, d’une certaine manière, totalement plongée dans les émotions qu’a dû ressentir Anne Rice en tricotant son récit.

Il en va de même pour les personnages. On ne peut évidemment pas s’empêcher de faire de faire un parallèle, au passage confirmé par l’auteure, entre Louis et Anne Rice, qui sombrent tout deux dans des états dépressifs redondants ; et entre Claudia et la défunte fille d’Anne Rice. La pauvre Claudia, qui, transformée en vampire alors qu’elle n’est qu’une enfant, est condamnée à rester éternellement dans un corps de petite fille. Et Lestat, tel le serpent biblique, vorace, sans retenue et adorateur du vice, semble être la cause de tous les malheurs. Le punching ball sur lequel Anne Rice s’est probablement acharnée en écrivant, et qu’on se met à détester, ou au contraire, à adorer.

Toutes ces thématiques permettent d’aborder de nombreuses questions épineuses : l’immortalité est-elle un don, ou une malédiction ? Peut-on éprouver de la sympathie pour Lestat, qui n’est plus ni moins qu’un tueur en série et un sociopathe ? Que dire de Louis qui reste assez longtemps sans réagir face aux horreurs de Lestat ? Et enfin, concernant Claudia, est-ce vraiment une vie de devoir rester un enfant pour l’éternité, ou la mort est-elle préféréable ?

En plus de ces questionnements riches, Anna Rice n’en oublie pas non plus de mettre en place la mythologie de son univers, en expliquant au fur et à mesure du roman les caractéristiques de ses vampires, mais aussi en détaillant leur façon de vivre, leur répartition à travers certains pays, où Louis et Claudia seront amenés à voyager en quête de réponses.

Pour conclure, Entretien avec un Vampire est vraiment UN des romans phares à découvrir et à lire si vous êtes un inconditionnel de créatures nocturnes, en l’occurence dans le cas présent les Vampires. Un récit hypnotisant, sombre, riche et intriguant, qui ne vous laissera pas indifférent.

Publicités

[Littérature Gay] Mon avis sur Les Loups de Riverdance – Tome 2 : Léo de H.V. Gavriel

Auteur : H.V. Gavriel
Éditeur : Milady
Nombres de pages : 480
Date de parution France : 10/07/2015

Résumé : Léo a bien grandi depuis que son père a abandonné son rôle d’alpha de la meute de Riverdance. À présent avocat, père d’une petite fille et divorcé, le jeune homme est écartelé entre ses rêves et la réalité, ses désirs et ses responsabilités. Difficile de choisir sa voie quand tant de gens attendent autant de vous. Cependant des enlèvements d’enfants métamorphes ne vont pas lui laisser le choix. Pas plus que sa rencontre avec Zacharie Blackhawke. Un bel indien sexy, arrogant et sauvage, qui va faire découvrir à Léo des facettes insoupçonnées de sa propre personnalité …

Mon avis : C’est avec plaisir que je me suis lancé dans la lecture du second tome des Loups de Riverdance, après un premier tome réussi de H.V. Gavriel malgré quelques longueurs. Vous pouvez d’ailleurs retrouver ma critique du premier volet en cliquant ICI.

Tout d’abord, plusieurs choses sont à prendre en considération. On aurait pu imaginer que l’auteure poursuive sa saga avec le personnages de Lucas en tant que protagoniste principal. Il n’en est rien puisqu’elle a au contraire choisi d’utiliser un nouveau personnage, qui n’est pas un inconnu pour autant, car il s’agit de Léo, déjà apparu dans le premier opus. Pour ceux qui auraient oublié, Léo est le fils de Marcus, ex-Alpha de la meute de Riverdance, avec qui Lucas coule désormais des jours heureux. L’autre petite particularité, c’est que l’auteure a effectué un bon dans le temps de sept ans, ce qui fait qu’on retrouve un Léo maintenant plus âgé, sur la fin de la vingtaine, et devenu avocat. Deux partis-pris scénaristiques intéressants qui permettent de ne pas s’ancrer dans un chemin tout tracé, même si cela peut ne pas plaire aux lecteurs qui préfèrent suivre un seul et même héros. Personnellement, cela ne m’a pas dérangé.

Comme d’habitude, la plume d’H.V. est très belle et fluide à lire. Il reste certes certains passages très descriptifs et qui trainent un peu en longueur, manquant de dialogues ou d’animations, tels que ceux nous dépeignant les pensées du héros, mais on est loin des longs passages à vide du premier tome qui rendaient parfois la lecture éprouvante. Il y a aussi une chose qu’H.V. maîtrise bien, c’est la description psychologique de ses personnages, qui, il faut le souligner, est toujours très fouillée. On peut vraiment les comprendre, se mettre à leur place et ressentir leurs dilemmes.

L’histoire en elle-même s’avère intéressante à suivre, sous forme d’enquête suite à la disparition de nombreux enfants issus de divers clans. L’occasion pour l’auteure d’approfondir son univers et de nous présenter de nouvelles races, comme les Ours-Garous et surtout les Vampires, ainsi que le Conseil Inter-Espèce. J’ai beaucoup aimé cette expansion narrative, qui permet de mieux cerner la mythologie mise en place par H.V. et d’en apprendre plus, notamment sur les Vampires. Malgré tout, j’ai trouvé que l’histoire manquait un peu de punch et de moments d’actions, et qu’elle était parfois trop centrée sur la romance entre Léo et son nouvel amant, l’amérindien Zacharie. J’aurais apprécié quelques scènes de bataille supplémentaire. L’action se déroule toujours plus au moins dans l’État de Washington, ce qui me ravis étant donné que j’y ai passé plusieurs jours en 2015. J’avais donc vraiment l’impression d’y remettre les pieds grâce à la description efficace des décors.

Voilà, ça c’est pour tout ce que j’ai apprécié dans ce second tome ^^ Maintenant, je vais m’épancher un peu plus sur les quelques points qui m’ont déplus. Pour commencer, mais ça c’est le parti-pris de l’auteure de représenter ses Loups-Garous de cette manière (ils ressemblent juste à de simples loups), une scène m’a un peu dérangé au début du livre. Peu après la disparition d’un enfant, Léo décide de suivre une piste odorante en se transformant en loup-garou avec l’aide de son ami Benny (qui lui garde forme humaine). Pour que cela soit discret, Léo demande à Benny de … l’attacher en laisse ! Ok, c’était probablement pour apporter une touche humoristique, mais j’ai trouvé ça dommage de ridiculiser à ce point un pauvre loup-garou ^^ Personnellement, ayant grandi avec des classiques du cinéma Lycanthrope comme The Howling ou encore An American Werewolf In London pour ne citer qu’eux, j’ai toujours considéré les loups-garous comme devant être des créatures effrayantes, puissantes et meurtrières, du coup voir un simple loup, qui plus est en laisse, ça m’a paru peu crédible.

L’autre chose qui m’a gênée, c’est la grande différence de ton avec le premier tome. Là où l’histoire de Lucas était sombre à souhait, et où le romantisme était justement dosé, j’ai eu l’impression de me retrouver avec ce second tome dans une soupe de mièvrerie interminable. Que ce soit pour l’histoire entre Léo et Zach, parfois sérieusement gnan-gnan, ou les scènes atrocement niaises avec les enfants présents en surnombre du début à la fin (je ne peux plus voir en peinture ni Lily-Rose, ni Cody). Bon, ça, la pauvre H.V. n’y peut rien, c’est juste moi qui déteste les gosses ah ah, ou du moins, pas représentés de cette manière trop gaga.

Pour conclure, j’ai bien aimé ce second tome, certes moins que le premier, en raison des diverses petites choses qui m’ont gênées comme évoqué plus tôt. Reste quand même la belle plume d’H.V., qui a au moins eu le mérite de souhaiter emmener les lecteurs vers une orientation narrative et un ton un peu différents, qui pourra plaire ou déplaire à certains. Oh, et j’oubliais de le préciser, H.V. n’oublie pas non plus les gourmands avec de nombreuses et denses scènes de sexe qui raviront les amateurs hé hé. En tout cas, au vu de son résumé, je pense que je vais bien apprécier le troisième tome (le capitaine Zankov et le stoïque Logan, mmmmh, ça risque d’être sympa !).

Mes Dernières Lectures #4

Bonjour à tous ! Voici venir le nouveau billet de ma rubrique « Mes Dernières Lectures », où je vous livre un avis concis des derniers livres que j’ai lus et pour lesquels je n’ai pas fait un article à part entière, en espérant que cela vous apporte peut-être quelques idées de lecture 😉


tome-1-la-princesse-des-glaces

Saga Erica Falck – Tome 1 : La Princesse des Glaces – Camilla Läckberg

Résumé : Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres –, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard – encore une mise en scène de suicide …

Mon avis : Cela fait plusieurs mois qu’une amie me parlait de cette saga policière écrite par l’auteure suédoise Camilla Läckberg, m’en ventant les mérites. Ayant adoré et dévoré chaque tome de la trilogie Millénium de Stieg Larsson, je me suis donc décidé à me lancer dans l’aventure. Et je dois bien avouer que je n’ai pas été déçu ! La première chose à savoir, c’est qu’il ne faut pas débuter ce roman en ayant à l’esprit de le comparer à Millénium, qui est la référence suédoise la plus connue. J’ai constaté dans divers avis que beaucoup de personnes s’attendaient à retrouver du Millénium en démarrant La Princesse des Glaces et ont été déçus, l’ayant trop pris comme une référence. Certes, on est dans le même registre, le policier / pollar, mais ici le ton est très différent. L’ambiance est plus légère et moins noire. Les deux héros, Erica et Patrik, sont tous deux très attachants, et on a plaisir à suivre leurs pérégrinations pour trouver le meurtrier. L’écriture de Läckberg est fluide, et son choix d’opter pour un narration externe permet de brosser le portrait de très nombreux protagonistes aux personnalités bien différentes, voire parfois amusantes. L’enquête en elle-même est très prenante et intéressante, si bien que je n’arrivais pas à me défaire du livre, tant je voulais avancer dans l’histoire. Elle est parsemée de mystères, de révélations, et de bouleversements bien amenés. Ce que j’ai également apprécié, c’est que l’auteure ne se concentre pas uniquement sur l’enquête, mais approfondi également la vie privée de ses personnages, et notamment d’Erica, créant quelques sous-intrigues qui pimentent le livre et sont les bienvenues. On prend également plaisir à détester certains personnages. Bref, une vraie pépite que je recommande aux amateurs de romans policiers !


Ça – Tome 1 – Stephen King

Résumé : Périodiquement, dans la petite ville de Derry (Maine), des événements tragiques se produisent : des enfants disparaissent, d’autres sont retrouvés morts, le corps déchiqueté, des incendies éclatent. Six garçons et une fille de onze ans, qui forment un groupe d’amis fidèles, traquent cette « chose » abominable qui vit dans un réseau d’égouts abandonnés et peut prendre la forme qui lui plaît, y compris celle d’un clown qui attire les enfants avec des ballons de couleur. Ils croiront être parvenus à anéantir le monstre, mais vingt-cinq ans plus tard tout recommence. Devenus adultes, les petits héros de 1958 se retrouvent pour affronter le mal à l’état pur. Une lutte longue et très périlleuse qui exige l’amour et l’amitié pour vaincre « Ça » qui, lui aussi, peut avoir peur …

Mon avis : On ne présente plus Ça (ou It en anglais), probablement l’une des histoires d’horreur les plus célèbres, que ce soit pour sa version romanesque ou son adaptation télévisée des années 90. C’est justement dans les années 90, alors que je devais avoir 5 ou 6 ans, que je me souviens avoir vu le téléfilm passer à la TV. Je me rappelle très précisément  cette scène m’ayant horrifié : au début du film, lorsque le petit George Denbrough profite du temps pluvieux pour jouer avec le bateau en papier que lui a confectionné son frère Bill, avant de se faire happer dans les égouts par l’atroce clown tueur Grippe-Sou (Pennywise en anglais). Une séquence qui m’a beaucoup marqué (« Tu veux un ballon ? »). Quelques années plus tard, ma mère m’offrit le roman, mais je ne fus pas capable de le lire à l’époque, pas par peur, mais parce que l’écriture était très particulière, et peu adaptée pour un jeune. Malgré tout, l’histoire m’a toujours fascinée, et j’ai souvent revu le téléfilm. Lorsqu’une nouvelle adaptation du roman fut annoncée pour sortir au cinéma il y a de nombreux mois, je me suis dit que cette fois, je ne pouvais plus passer à côté : il fallait que je lise Ça. Et mon dieu que je ne regrette pas. On peut qualifier ce livre de chef-d’oeuvre sans trop de risque. Stephen King montre un talent absolument incroyable d’écriture et une maîtrise quasiment parfaite de son histoire, de ses personnages et de leur psychologie. L’auteur prolifique se paie même le luxe d’alterner très souvent entre passé (1958) et présent (1985) sans aucune peine, avec une habilité surprenante. Et c’est justement là la particularité et la force du récit : on jongle sans cesse entre deux périodes, entre deux temps, entre l’enfance et l’âge adulte. Et je pense que c’est probablement la raison pour laquelle j’ai eu du mal à lire ce récit étant beaucoup plus jeune : c’est une lecture qu’il vaut mieux débuter à partir de l’âge adulte pour en saisir tout le sens et toute la portée. Dans Ça, Stephen King invente toute une ribambelle de personnages, dont l’attachant « Club des Ratés » qui ne sont autre que les sept héros. Bien évidemment, le clown Grippe-Sou est la grande vedette et semble être l’entité maléfique par excellence du récit. Mais la force de Stephen King, c’est de nous démontrer que les véritables démons ne sont pas que des êtres surnaturels, mais nos propres semblables. Il dépeint ainsi toute une galerie d’autres personnages malsains, terribles. Les atrocités commises sont dépeintes sans concession aucune. Et King vient puiser dans nos peurs les plus profondes, les plus enfouies (qui n’a jamais eu peur qu’une main l’attrape sous le lit, qui n’a jamais eu le sentiment que quelque chose se cachait dans le noir au plus profond de la cave ?) pour nous happer littéralement dans son histoire. Ce premier tome sert surtout à mettre en place la situation, les personnages. Alors certes, il y a une chose qui pourra peut-être rebuter certains : c’est le style très « lourd » (à ne pas prendre négativement) de l’écriture de King. En effet, l’auteur rentre énormément dans les détails, que ce soit à travers les descriptions ou la psychologie et les pensées des personnages, sans compter les interludes et histoires parallèles. Oui, il décrit et détaille énormément de choses (en grand format, le livre compte près de 650 pages). Personnellement, cet aspect ne m’a pas du tout dérangé, car il apporte énormément de vie et de réalité au récit, mais il pourra rebuter certains. Néanmoins, il ne faut vraiment pas passer à côté de ce roman. C’est un classique de la littérature horrifique contemporaine qu’il faut absolument lire !


Le Test – Stéphane Allix

Résumé : Lorsque mon père est décédé j’ai placé des objets dans son cercueil. Je n’en ai parlé à personne. Puis j’ai interrogé des médiums qui disent communiquer avec les morts. Découvriront-ils de quels objets il s’agit ? C’est le test.

Peut-on parler avec les morts ? Des femmes et des hommes le prétendent et en font même profession. Des milliers de gens les consultent. Ces capacités sont-elles réelles ou sont-elles une illusion ? Pour répondre à ces interrogations, Stéphane Allix a interrogé six médiums. Les résultats sont stupéfiants et confirment ce que révèlent les recherches scientifiques menées sur ce sujet : la vie après la mort est aujourd’hui une hypothèse rationnelle. Comment devient-on médium ? Est-ce un don ou une malédiction ? Comment décrire ce qui se passe lors de la mort ? Où va-t-on après ? Consulter un médium peut-il aider au processus de deuil ? Comment éviter les charlatans ? Autant de questions que ce livre aborde, nous entraînant à la découverte d’une réalité à la fois simple et vertigineuse : il est possible de communiquer avec ceux que nous aimons au-delà de la mort.

Mon avis : Pour terminer cette quatrième chronique, non pas un roman, mais un livre journalistique, écrit par Stéphane Allix. Qui est ce monsieur ? Hé bien, c’est un journaliste qui a notamment travaillé sur M6 en produisant les documentaires Enquêtes Extraordinaires. Mais ce n’est pas tout : il a également fondé en 2007 l’INREES (Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires), un organisme se consacrant à l’étude et à l’approfondissement des recherches sur les prétendues capacités que certaines êtres humaines posséderaient (médiumnité, télépathie, etc.) mais aussi les EMI (Expériences de Morts Imminentes). Stéphane Allix a également écrit quelques autres ouvrages sur le paranormal. Si j’ai choisi de lire ce livre, c’est parce que je m’intéresse de près à ce sujet, depuis tout jeune. Et depuis que mon père en décédé en 2012, je dois avouer que j’y pense aussi parfois. Je n’y crois pas forcément, mais je suis quelqu’un de très curieux. Je laisse toutes les portes ouvertes. Alors lorsque je me suis rendu au Furet du Nord de Lille il y a quelques mois en recherche d’un livre traitant de la médiumnité, j’ai choisi un peu au hasard l’ouvrage de Stéphane. Et je ne regrette pas du tout. Le hasard a bien fait les choses. Je me suis rendu compte que je ne connaissais en réalité rien du tout à la médiumnité, hormis les habituels clichés dont nous sommes tous envahis si le sujet n’est pas un minimum connu. À travers ce livre, non seulement Stéphane Allix mène une véritable enquête journalistique, très professionnelle, mais qui plus est, il nous renseigne et nous explique en détail le monde des médiums. À chaque segment faisant intervenir un nouveau médium, l’auteur nous livre également la biographie et le passé de ce dernier afin de mieux cerner le personnage. Ce livre m’a permis d’ouvrir les yeux sur des choses que j’ignoraient totalement. Et de constater que la description faite de l’âme et de l’au-delà sont souvent les mêmes. Après, y croira qui le souhaite. Pour l’instant j’y reste toujours prudemment ouvert. À la fin du livre, Stéphane Allix donne également de très bons conseils pour ceux qui souhaiteraient consulter un médium, afin d’éviter d’être roulé dans la farine par les nombreux charlatans qui existent. En bref, si vous souhaitez découvrir la médiumnité un peu plus en détail et que le sujet vous intéresse, Le Test est fait pour vous.

[Littérature] Mon avis sur Vampire Story – Tome 1 : 13 Balles Dans La Peau de David Wellington

Titre Original : Thirteen Bullets
Auteur : David Wellington
Éditeur : Milady
Collection : Terreur
Nombres de pages : 448
Date de parution France : 03/04/2009

Résumé : Ont-ils vraiment tous disparu ?

Selon les rapports officiels, tous les vampires sont morts. L’agent fédéral Arkeley s’est débarrassé du dernier dans les années 1980, à l’issue d’un combat qui a failli lui coûter la vie. Pourtant, lorsque Laura Caxton, de la police d’État, appelle des renforts en pleine nuit à la suite d’un contrôle de routine qui a mal tourné, le FBI décide de tirer Arkeley de sa retraite. Il est en effet le seul à savoir qu’un vampire a survécu : une femme, qui croupit dans un asile abandonné. Arkeley la soupçonne de manigancer le retour en force des damnés. Et comme Caxton va vite s’en rendre compte, il ne s’agit pasde créatures d’opérette, mais de véritables machines à tuer. Ces vampires-là sont des monstres, des vrais.

Mon avis : J’ai découvert l’auteur David Wellington il y a quelques années, en dévorant sa trilogie Zombie Story, centrée sur le thème des morts-vivants. J’ai littéralement accroché à ses idées novatrices sur ce genre qui commence sérieusement à s’user depuis que les zombies sont revenus à la mode en 2002 avec les films Resident Evil et 28 Jours Plus Tard. Il avait en quelque  pour moi réinventé les codes du mort-vivant avec cette trilogie remplie de bonnes idées et originales.

Forcément, quand j’ai découvert qu’il s’était également attaqué aux Vampires avec sa saga Vampire Story, j’ai sauté sur l’occasion. Et je n’ai pas été déçu ! On suit l’héroïne, une certaine Laura Caxton, qui a un tempérament de bourrique bien forgé. Et ce qui m’a plu, c’est qu’elle est lesbienne. Je ne m’y attendais pas, et j’étais assez surpris de découvrir que le roman avait donc un côté F/F bienvenu et rafraichissant. La malheureuse se retrouve malgré elle aux prises avec des Vampires, qui sont pourtant censés avoir disparus. Elle devra faire équipe avec Arkeley, un agent du FBI bientôt en retraite qui les a déjà combattus par le passé. Et j’ai beaucoup aimé la relation qu’a établi Wellington entre ces deux personnages centraux. Il se trouve qu’Arkeley est lui aussi une tête de mule, qui ne suit que son bon vouloir. C’est donc une relation au départ tendue qui va naître de ce duo improbable ! Et Caxton n’aura d’autres choix que de se plier au caractère intransigeant du fédéral. J’ai trouvé chouette qu’au final, leur relation continue d’évoluer au fur et à mesure du roman, pour se transformer peu à peu en relation père-fille.

Concernant l’histoire, elle est très centrée sur l’action et les péripéties, on ne s’ennuie donc que rarement ! Car à peine Laura sera-t-elle mise sur l’affaire qu’elle devra affronter des hordes de non-morts et des Vampires quasiment invincibles. Le récit est jalonné de révélations et de tournants inattendus qui entretiennent assez bien le suspens. Attendez-vous également à des scènes très crues, car ici, on ne fait pas dans la dentelle, et voici l’un des points forts de l’histoire : comme pour La Lignée, on a affaire à de vrais Vampires, puissants, sans pitié et carnassiers. Ils sont grands, chauves et possèdent une dentition digne d’un grand requin blanc ! La mythologie qui leur est consacrée est fouillée, mais mérite d’être plus développée, ce qui sera sûrement le cas dans les opus suivants (la saga compte 5 tomes, et 4 sont sortis en France. J’espère que Milady n’a pas oublié de sortir le cinquième …). Car pour le moment, on ne sait pas trop s’ils sont victimes d’une malédiction ou d’un virus, la frontière entre science et occulte étant assez floue comme toujours avec David Wellington. Bref, tout ça pour vous dire qu’il y a pas mal de scènes de boucherie 😀

L’écriture est sympathique, mais j’ai toutefois trouvé qu’il y avait quelques longueurs à certains moments, surtout quand l’auteur s’attarde sur les ressentis un peu trop redondants de Caxton, qui finissent un peu par lasser. Pour le reste rien à redire. J’ai apprécié le cynisme de Caxton ainsi que la personnalité bourrue d’Arkeley, leur relation représente clairement le point fort dans l’écriture de ce roman.

Pour conclure, une découverte intéressante pour les amateurs de vrais Vampires, qui ne vous décevra pas, à condition d’aimer les descriptions assez sanguinolentes ^^

[Littérature] Mon avis sur La Lignée – Tome 2 : La Chute de Guillermo Del Toro et Chuck Hogan

Titre Original : The Fall
Auteurs : Guillermo del Toro, Chuck Hogan
Éditeur : Presses de la Cité
Nombres de pages : 336
Date de parution France : 07/10/2010

Résumé : Le virus vampirique se propage…

Tandis que les vampires envahissent les rues de New York, l’épidémiologiste Ephraïm Goodweather, le professeur Abraham Setrakian et un petit groupe de rescapés tentent de s’organiser face au chaos. Car partout dans la ville et dans le monde, des émeutes éclatent, des milices se mettent en place et les êtres humains se retrouvent impuissants face à leurs prédateurs, les vampires. Ephraïm et ses amis pourront-ils arrêter le plan diabolique du Maître qui menace de plonger l’humanité dans la nuit éternelle ? Noir, désespéré, spectaculaire, le second tome de la trilogie « La Lignée » brosse le tableau d’un monde qu’une poignée d’individus essaie de sauver de l’abîme.

Mon avis : Après la bonne surprise qu’était le premier tome de La Lignée, je dois dire que j’étais impatient de découvrir la suite des aventures d’Ephraim Goodweather et d’Abraham Setrakian. Et je n’ai pas été déçu !

À nouveau, je me suis replongé avec gourmandise dans cet univers sombre, glauque et désormais apocalyptique, amorcé avec la fin du premier tome. L’écriture est toujours aussi dynamique et scénarisée. Elle est également fluide, permettant de passer de scènes en plans sans trop de coupures.

On dévore l’histoire avec un appétit encore plus vorace, car de nouvelles révélations et éclaircissements sont apportés sur les origines des Vampires. L’intrigue est d’autant plus prenante qu’apparaît un bien mystérieux codex appelé Occido Lumen, qui détiendrait la clef permettant l’éradication des suceurs de sang, et donc le salut de l’humanité, qui semble à chaque page sombrer un peu plus dans les ténèbres.

Les flashbacks, que l’on pouvait déjà rencontrer dans le premier opus, sont ici encore plus poussés, permettant de découvrir de nouvelles facettes du passé d’Abraham, ce qui aide à mieux cerner ce personnage torturé. Ephraim semble totalement perdu, sa femme étant devenue une Vampire, et on s’attache finalement assez bien à sa situation, car il se retrouve sans cesse pris entre deux feus, mais on n’aimerait quand même pas se retrouver à sa place, entre devoir protéger son fils et sa quête pour éliminer les Vampires. Les personnages secondaires du premier tome prennent de l’envergure, avec au premier plan Fet, mais aussi Nora et d’autres.

Ce second tome laisse également plus de place à l’action, et décrit avec perfection le monde en train de s’écrouler sans retour envisageable en arrière. La mythologie n’est pas en reste, puisque l’histoire des Vampires s’étoffe de nouvelles révélations qui peuvent surprendre, et qui demandent à être éclaircies dans le dernier tome. Ce second opus donne aussi l’occasion de rencontrer les autres Aînés Vampires qui tentent à leur manière d’arrêter le Maître, qui attend son heure tapis dans l’obscurité, tel une ombre menaçante.

En conclusion La Chute est une très bonne suite, qui s’imbrique parfaitement dans la logique du premier tome, et on la dévore avec enthousiasme en quête de révélations qui ne déçoivent pas. À ne manquer sous aucun prétexte si vous avez déjà lu La Lignée !

[Littérature] Mon avis sur La Lignée – Tome 1 de Guillermo Del Toro et Chuck Hogan

tome-1-la-lignee

Titre Original : The Strain
Auteurs : Guillermo del Toro, Chuck Hogan
Éditeur : Presses de la Cité
Nombres de pages : 448
Date de parution France : 17/09/2009

Résumé : Tapis dans l’ombre, les vampires sont là depuis toujours, à attendre. Leur heure est à présent venue. Dans une semaine, Manhattan aura disparu. Dans trois mois, les États-Unis auront été rayés de la carte. Dans six mois, notre monde ne sera plus qu’un vieux souvenir.

Un avion en provenance d’Allemagne se pose à l’aéroport international JFK à New York. Tout à coup, l’inexplicable se produit : l’appareil s’arrête au milieu de la piste, ses lumières s’éteignent, l’équipage ne répond plus à la tour de contrôle. Ce que l’on découvre à bord est pour le moins mystérieux : tous les passagers, sauf quatre, sont morts, apparemment paisiblement, puisqu’on ne retrouve aucune trace de traumatisme ou de bagarre. Ont-ils été victimes d’un attentat au gaz ? D’une bactérie foudroyante ? Ephraim Goodweather et son équipe d’épidémiologistes doivent rapidement établir l’origine de ce drame avant que la population ne cède à la panique. Et il y a de quoi s’inquiéter : le soir même, deux cents cadavres disparaissent de plusieurs morgues à travers la ville. Tandis qu’une menace sans précédent plane sur New York, Ephraim et un petit groupe essaient de s’organiser. Pas seulement pour sauver leurs proches. C’est la survie de l’humanité entière qui est en jeu … Premier tome d’une trilogie sur les vampires, La Lignée s’annonce comme un événement planétaire.

Mon avis : J’ai beaucoup aimé ce premier tome de La Lignée lorsque je l’ai lu, à tel point que je l’ai littéralement dévoré. L’intrigue imaginée par Del Torro et Hogan est très prenante, et surtout, très bien ficelée. La narration permet de suivre plusieurs personnages à la fois, et la construction rappelle évidemment celle d’un scénario ou d’un film, comme si chaque paragraphe était un plan. On ressent donc bien sûr les origines cinématographiques de Guillermo Del Toro. À tel point qu’on peut se demander si le roman n’avait pas été conçu dès le départ dans l’idée d’être adapté, ce qui aura finalement été le cas avec la série éponyme. L’écriture est agréable et on se laisse bercer au rythme de l’histoire.

L’histoire en elle-même justement est brillamment ficelée. Elle est emprunte de mystère et prend des allures de roman policier dans les débuts, puisqu’on veut à tout prix savoir ce qui a bien pu arriver à l’avion s’étant posé à JFK, ce qui fait qu’on ne lâche plus le livre ! Et tandis qu’on plonge de découvertes en découvertes, on comprend peu à peu les tenants et les aboutissants de ce qui s’est réellement passé au cours d’un récit passionnant. L’ambiance est sombre et glauque à souhait !

Concernant les personnages et les situations, les deux auteurs rendent un bel hommage à certaines oeuvres passées, notamment dans le cas d’Abraham Setrakian, clairement inspiré de l’Abraham Van Helsing du Dracula de Bram Stoker. Ephraim, au prénom lourd de sens, est quant à lui un personnage sympathique et attachant malgré son passé et ses vices, qui tente de faire du mieux qu’il peut pour arranger la situation.

La mythologie vampirique mise en place dès le premier tome s’avère très vaste et très riche. On s’éloigne suffisamment des divers mythes originels, tout en en conservant l’âme et en modernisant le tout, un peu comme dans Underworld. Les Vampires de base ressemblent plus à des goules, tandis que les plus anciens gardent une partie de leurs facultés mentales et de leur intellect. La manière dont ils se multiplient, à la manière des zombies, provoque une tension et une menace croissante ! Ce qui m’a également beaucoup plu, c’est qu’avec ce livre, les Vampires redeviennent enfin des créatures terribles et mortelles, assoiffées de sang, et non des espèces de Don Juan charmeurs et insipides qui boivent du sang d’écureuil pour se sustenter. Non, ici, ce sont de véritables machines à tuer redoutables.

Bref, La Lignée était un véritable régal, et je ne peux que le conseiller aux amateurs de Vampires 🙂

[Littérature] Mon avis sur Femmes de l’Autre Monde – Tome 8 : Démoniaque de Kelley Armstrong

femme-de-lautre-monde-tome-8

Titre Original : Personal Demon
Auteur : Kelley Armstrong
Editeur : Bragelonne (Grand Format) / Milady (Format Poche)
Nombres de pages : 456
Date de parution France : 23/11/2012

Résumé : L’héritage démoniaque de Hope Adams, journaliste pour un tabloïd, la pousse à désirer le chaos et lui donne les moyens d’assouvir sa soif. La jeune femme, déterminée à mettre ses dons au service du bien, ne peut résister à la tentation lorsque le chef de la puissante Cabale Cortez lui demande d’infiltrer un gang de créatures surnaturelles qui sèment le trouble à Miami. Mais un dangereux tueur va se mêler de la partie, incitant Hope à demander de l’aide à son ex, un loup-garou. Et ce qui avait débuté comme une simple enquête tourne au chaos. Une situation qui aiguise irrésistiblement les appétits de Hope …

Mon avis : J’ai terminé de lire le 8ème tome de Femmes de l’Autre Monde il y a quelques jours (décidément, je vais finir cette saga dans 10 ans à ce rythme xD), et voici mon avis ^^

Pour commencer, avec ce 8ème tome, on change à nouveau de protagoniste. Après Helena, Paige, Eve et  Jaime, c’est une nouvelle figure qui est mise en avant : Hope Adams. Elle n’est toutefois pas inconnue, puisqu’elle était déjà apparue en tant que personnage secondaire dans le tome précédent, Sacrifice.

Ce nouveau roman permet donc d’en apprendre plus sur cette Semi-Démone, dont le pouvoir réside dans le Chaos. Elle peut en effet se nourrir du Chaos que produisent ou ressentent les gens en commettant des actes répréhensibles. Son pouvoir lui permet également d’avoir certaines visions du passé sur des scènes de meurtre ou de chaos. Bref, comme Jaime précédemment, ce n’est pas un pouvoir vraiment offensif, ni-même défensif. L’héroïne doit donc compter sur son bon sens et ses ressources personnelles.

Mais Démoniaque, ce n’est pas que Hope ! Pour la première fois dans sa trame principale, Kelley Armstrong ajoute un second protagoniste : Lucas Cortez, le fiancé de Paige, et accessoirement Mage. Certains chapitres seront ainsi consacrés à Hope, et d’autres à Lucas. Au début, la présence de Lucas est très sporadique, mais plus le roman avance, plus il aura le droit à ses propres chapitres.

L’histoire nous amène à Miami, siège de la Cabale Cortez, où Hope se verra proposée une mission de la part de Benicio, chef de la Cabale et père de Lucas. Elle finira par accepter, et se retrouvera à devoir jouer les espionnes infiltrées dans un club constitué de mages hostiles à la Cabale et spécialisés dans les vols et cambriolages de riches personnes.

J’ai eu un peu de mal à me mettre dans l’ambiance au début du roman, car j’ai trouvé le démarrage un peu long. À vrai dire, le premier tiers du roman m’a légèrement ennuyé, à cause d’un rythme un peu trop lent, et des révélations peu intéressantes. Fort heureusement, Kelley Armstrong se rattrape, et à compter du deuxième tiers, on commence enfin à rentrer dans l’histoire grâce à des rebondissements inattendus et qui changent la donne. En réalité, l’auteure souhaite nous berner en nous faisant croire que l’histoire prendra une certaine direction, pour finalement changer de chemin, ce que j’ai trouvé très plaisant.

Démoniaque, c’est également l’occasion d’enfin rentrer plus en détails dans le fonctionnement de la Cabale Cortez et d’en apprendre plus le père et les frères de Lucas, ainsi que les querelles pour savoir qui prendra la succession de Benicio, père de Lucas et actuel chef de la Cabale Cortez. Ce tome nous fait également retourner dans le passé, puisqu’il a un lien étroit avec le second opus, Captive, mais je ne vous en dis pas plus Very Happy

L’écriture de Kelley Armstrong est toujours juste et fluide, même si parfois certaines actions sont décrites assez étrangement (c’est peut-être aussi dû à la traduction). Au niveau des personnages, j’ai bien aimé Hope, même si parfois elle m’a un peu agacé vis à vis de ses sentiments pour Karl, qui signe aussi son retour avec ce livre. En revanche j’aime beaucoup Lucas, ses chapitres sont moins versés dans les sentiments et plus dans l’action. J’aime sa logique et son pragmatisme. On découvre également une autre facette de son personnage, ainsi que celle de son père Benicio.

Bref, Démoniaque était un bon huitième tome, un peu long à démarrer, mais suffisamment intéressant par la suite Smile

Et vous, qu’avez-vous pensé de ce roman ?