Archives du mot-clé Tome 2

[Littérature Gay] Mon avis sur Les Loups de Riverdance – Tome 2 : Léo de H.V. Gavriel

Auteur : H.V. Gavriel
Éditeur : Milady
Nombres de pages : 480
Date de parution France : 10/07/2015

Résumé : Léo a bien grandi depuis que son père a abandonné son rôle d’alpha de la meute de Riverdance. À présent avocat, père d’une petite fille et divorcé, le jeune homme est écartelé entre ses rêves et la réalité, ses désirs et ses responsabilités. Difficile de choisir sa voie quand tant de gens attendent autant de vous. Cependant des enlèvements d’enfants métamorphes ne vont pas lui laisser le choix. Pas plus que sa rencontre avec Zacharie Blackhawke. Un bel indien sexy, arrogant et sauvage, qui va faire découvrir à Léo des facettes insoupçonnées de sa propre personnalité …

Mon avis : C’est avec plaisir que je me suis lancé dans la lecture du second tome des Loups de Riverdance, après un premier tome réussi de H.V. Gavriel malgré quelques longueurs. Vous pouvez d’ailleurs retrouver ma critique du premier volet en cliquant ICI.

Tout d’abord, plusieurs choses sont à prendre en considération. On aurait pu imaginer que l’auteure poursuive sa saga avec le personnages de Lucas en tant que protagoniste principal. Il n’en est rien puisqu’elle a au contraire choisi d’utiliser un nouveau personnage, qui n’est pas un inconnu pour autant, car il s’agit de Léo, déjà apparu dans le premier opus. Pour ceux qui auraient oublié, Léo est le fils de Marcus, ex-Alpha de la meute de Riverdance, avec qui Lucas coule désormais des jours heureux. L’autre petite particularité, c’est que l’auteure a effectué un bon dans le temps de sept ans, ce qui fait qu’on retrouve un Léo maintenant plus âgé, sur la fin de la vingtaine, et devenu avocat. Deux partis-pris scénaristiques intéressants qui permettent de ne pas s’ancrer dans un chemin tout tracé, même si cela peut ne pas plaire aux lecteurs qui préfèrent suivre un seul et même héros. Personnellement, cela ne m’a pas dérangé.

Comme d’habitude, la plume d’H.V. est très belle et fluide à lire. Il reste certes certains passages très descriptifs et qui trainent un peu en longueur, manquant de dialogues ou d’animations, tels que ceux nous dépeignant les pensées du héros, mais on est loin des longs passages à vide du premier tome qui rendaient parfois la lecture éprouvante. Il y a aussi une chose qu’H.V. maîtrise bien, c’est la description psychologique de ses personnages, qui, il faut le souligner, est toujours très fouillée. On peut vraiment les comprendre, se mettre à leur place et ressentir leurs dilemmes.

L’histoire en elle-même s’avère intéressante à suivre, sous forme d’enquête suite à la disparition de nombreux enfants issus de divers clans. L’occasion pour l’auteure d’approfondir son univers et de nous présenter de nouvelles races, comme les Ours-Garous et surtout les Vampires, ainsi que le Conseil Inter-Espèce. J’ai beaucoup aimé cette expansion narrative, qui permet de mieux cerner la mythologie mise en place par H.V. et d’en apprendre plus, notamment sur les Vampires. Malgré tout, j’ai trouvé que l’histoire manquait un peu de punch et de moments d’actions, et qu’elle était parfois trop centrée sur la romance entre Léo et son nouvel amant, l’amérindien Zacharie. J’aurais apprécié quelques scènes de bataille supplémentaire. L’action se déroule toujours plus au moins dans l’État de Washington, ce qui me ravis étant donné que j’y ai passé plusieurs jours en 2015. J’avais donc vraiment l’impression d’y remettre les pieds grâce à la description efficace des décors.

Voilà, ça c’est pour tout ce que j’ai apprécié dans ce second tome ^^ Maintenant, je vais m’épancher un peu plus sur les quelques points qui m’ont déplus. Pour commencer, mais ça c’est le parti-pris de l’auteure de représenter ses Loups-Garous de cette manière (ils ressemblent juste à de simples loups), une scène m’a un peu dérangé au début du livre. Peu après la disparition d’un enfant, Léo décide de suivre une piste odorante en se transformant en loup-garou avec l’aide de son ami Benny (qui lui garde forme humaine). Pour que cela soit discret, Léo demande à Benny de … l’attacher en laisse ! Ok, c’était probablement pour apporter une touche humoristique, mais j’ai trouvé ça dommage de ridiculiser à ce point un pauvre loup-garou ^^ Personnellement, ayant grandi avec des classiques du cinéma Lycanthrope comme The Howling ou encore An American Werewolf In London pour ne citer qu’eux, j’ai toujours considéré les loups-garous comme devant être des créatures effrayantes, puissantes et meurtrières, du coup voir un simple loup, qui plus est en laisse, ça m’a paru peu crédible.

L’autre chose qui m’a gênée, c’est la grande différence de ton avec le premier tome. Là où l’histoire de Lucas était sombre à souhait, et où le romantisme était justement dosé, j’ai eu l’impression de me retrouver avec ce second tome dans une soupe de mièvrerie interminable. Que ce soit pour l’histoire entre Léo et Zach, parfois sérieusement gnan-gnan, ou les scènes atrocement niaises avec les enfants présents en surnombre du début à la fin (je ne peux plus voir en peinture ni Lily-Rose, ni Cody). Bon, ça, la pauvre H.V. n’y peut rien, c’est juste moi qui déteste les gosses ah ah, ou du moins, pas représentés de cette manière trop gaga.

Pour conclure, j’ai bien aimé ce second tome, certes moins que le premier, en raison des diverses petites choses qui m’ont gênées comme évoqué plus tôt. Reste quand même la belle plume d’H.V., qui a au moins eu le mérite de souhaiter emmener les lecteurs vers une orientation narrative et un ton un peu différents, qui pourra plaire ou déplaire à certains. Oh, et j’oubliais de le préciser, H.V. n’oublie pas non plus les gourmands avec de nombreuses et denses scènes de sexe qui raviront les amateurs hé hé. En tout cas, au vu de son résumé, je pense que je vais bien apprécier le troisième tome (le capitaine Zankov et le stoïque Logan, mmmmh, ça risque d’être sympa !).

Publicités

[Littérature] Mon avis sur La Lignée – Tome 2 : La Chute de Guillermo Del Toro et Chuck Hogan

Titre Original : The Fall
Auteurs : Guillermo del Toro, Chuck Hogan
Éditeur : Presses de la Cité
Nombres de pages : 336
Date de parution France : 07/10/2010

Résumé : Le virus vampirique se propage…

Tandis que les vampires envahissent les rues de New York, l’épidémiologiste Ephraïm Goodweather, le professeur Abraham Setrakian et un petit groupe de rescapés tentent de s’organiser face au chaos. Car partout dans la ville et dans le monde, des émeutes éclatent, des milices se mettent en place et les êtres humains se retrouvent impuissants face à leurs prédateurs, les vampires. Ephraïm et ses amis pourront-ils arrêter le plan diabolique du Maître qui menace de plonger l’humanité dans la nuit éternelle ? Noir, désespéré, spectaculaire, le second tome de la trilogie « La Lignée » brosse le tableau d’un monde qu’une poignée d’individus essaie de sauver de l’abîme.

Mon avis : Après la bonne surprise qu’était le premier tome de La Lignée, je dois dire que j’étais impatient de découvrir la suite des aventures d’Ephraim Goodweather et d’Abraham Setrakian. Et je n’ai pas été déçu !

À nouveau, je me suis replongé avec gourmandise dans cet univers sombre, glauque et désormais apocalyptique, amorcé avec la fin du premier tome. L’écriture est toujours aussi dynamique et scénarisée. Elle est également fluide, permettant de passer de scènes en plans sans trop de coupures.

On dévore l’histoire avec un appétit encore plus vorace, car de nouvelles révélations et éclaircissements sont apportés sur les origines des Vampires. L’intrigue est d’autant plus prenante qu’apparaît un bien mystérieux codex appelé Occido Lumen, qui détiendrait la clef permettant l’éradication des suceurs de sang, et donc le salut de l’humanité, qui semble à chaque page sombrer un peu plus dans les ténèbres.

Les flashbacks, que l’on pouvait déjà rencontrer dans le premier opus, sont ici encore plus poussés, permettant de découvrir de nouvelles facettes du passé d’Abraham, ce qui aide à mieux cerner ce personnage torturé. Ephraim semble totalement perdu, sa femme étant devenue une Vampire, et on s’attache finalement assez bien à sa situation, car il se retrouve sans cesse pris entre deux feus, mais on n’aimerait quand même pas se retrouver à sa place, entre devoir protéger son fils et sa quête pour éliminer les Vampires. Les personnages secondaires du premier tome prennent de l’envergure, avec au premier plan Fet, mais aussi Nora et d’autres.

Ce second tome laisse également plus de place à l’action, et décrit avec perfection le monde en train de s’écrouler sans retour envisageable en arrière. La mythologie n’est pas en reste, puisque l’histoire des Vampires s’étoffe de nouvelles révélations qui peuvent surprendre, et qui demandent à être éclaircies dans le dernier tome. Ce second opus donne aussi l’occasion de rencontrer les autres Aînés Vampires qui tentent à leur manière d’arrêter le Maître, qui attend son heure tapis dans l’obscurité, tel une ombre menaçante.

En conclusion La Chute est une très bonne suite, qui s’imbrique parfaitement dans la logique du premier tome, et on la dévore avec enthousiasme en quête de révélations qui ne déçoivent pas. À ne manquer sous aucun prétexte si vous avez déjà lu La Lignée !

Mes Dernières Lectures #3

Bonjour à tous ! Voici venir le troisième billet de ma rubrique « Mes Dernières Lectures », où je vous livre un avis concis des derniers livres que j’ai lus et pour lesquels je n’ai pas fait un article à part entière, en espérant que cela vous apporte peut-être quelques idées de lecture 😉


harry-potter-2

Harry Potter et le Chambre des Secrets – J.K. Rowling

Résumé : Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potions magiques, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry Potter trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ?

Mon avis : Je poursuis ma relecture de la saga Harry Potter avec cette fois-ci le tome 2. Comme son aîné, cette suite est assez rapide (environ 274 pages) et très plaisante à lire. L’écriture de J.K. Rowling est toujours fluide, agréable, simple et efficace. Le ton reste le même que celui du premier, un brin enfantin et forcément magique, mais ravira autant enfants, adolescents qu’adultes. Ce deuxième opus permet également à l’auteure d’approfondir la mythologie de son univers en y introduisant de nouveaux éléments et en développant d’autres. On découvre ainsi de nouvelles pièces du château, un nouveau professeur, et l’histoire de la création de Poudlard est révélée. Les relations entre Harry, Ron et Hermione sont approfondies et leur amitié solide se confirme, même si des disputes peuvent éclater. L’histoire en elle-même se révèle très bien ficelée et on ne peut s’empêcher de tourner les pages pour enfin découvrir ce qui arrive aux  pauvres élèves paralysés et ce qu’est la mystérieuse Chambre des Secrets. À (re)découvrir de toute urgence !

riley-jenson-6

Riley Jenson – Tome 6 : Baiser Fatal – Keri Arthur

Résumé : Riley Jenson traque le mal d’une manière très personnelle. Son dernier cas : un tueur en série qui s’attaque aux prostituées de la haute société. L’affaire prend une tournure inquiétante quand un deuxième meurtrier commence lui aussi à semer des corps mutilés. Riley est assez douée pour attraper deux assassins d’un coup, mais voilà que l’un d’eux s’attaque à un proche de la jeune fille et qu’un vampire réapparaît dans sa vie. Son nom est Quinn et c’est le seul homme sur lequel Riley n’a absolument aucun contrôle …

Mon avis : Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un tome de Riley Jenson, saga découverte il y a de nombreuses années lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la Bit-Lit. Oui, ça devait bien faire 5 ans que j’avais avalé le tome 5, qui d’ailleurs ne m’avait pas beaucoup plu. J’étais un peu lassé de l’histoire de Riley, avec ce précédent tome insipide et peu intéressant. C’est donc avec une certaine appréhension que j’ai ouvert la première page de ce sixième opus. Fort heureusement, je n’ai cette fois pas été déçu. Keri Arthur a redonné un petit coup de souffle à la série avec Baiser Fatal. Les rebondissements sont plus intéressants, et l’enquête également, puisqu’elle est double avec deux meurtriers que Riley doit traquer. L’histoire devient d’autant plus palpitante lorsqu’un proche de Riley (sans rien dévoiler) devient une cible potentielle. La relation entre son frère Rohan et son amant est également mise en avant, ce qui n’était pas pour me déplaire étant amateur de M/M. Quant au retour de Quinn, il m’a laissé indifférent, car je n’aime ni ce personnage, ni la relation qu’il entretient avec Riley. L’écriture de Keri Arthur est simple mais percutante et elle n’oublie pas d’apporter une petite dose d’érotisme qu’elle maîtrise parfaitement. Pour autant, une chose persiste à me lasser, c’est le peu d’approfondissements que l’auteure apporte à sa mythologie. Et comme tout se passe exclusivement en Australie, il y a peu d’enjeux. On aimerait bien découvrir le fonctionnement des autres pays vis à vis des créatures surnaturelles, qui pour rappel, vivent au grand jour dans Riley Jenson. Peut-être qu’un futur tome palliera à ce manque ?


harry-potter-3

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban – J.K. Rowling

Résumé : Sirius Black, le dangereux criminel qui s’est échappé de la forteresse d’Azkaban, recherche Harry Potter. C’est donc sous bonne garde que l’apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d’une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes … Mais Harry est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ?

Mon avis : Vous l’aurez remarqué, j’ai décidé d’alterner ma relecture d’Harry Potter. Changement de ton dans ce troisième opus, qui laisse de côté le côté enfantin des deux premiers tomes pour une atmosphère plus sombre et plus incertaine. L’histoire gagne également en longueur. Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban est certainement mon roman préféré de la saga avec le dernier tome, les Reliques de la Mort. Peut-être car l’un des personnages est un loup-garou 😉 ? Plus sérieusement, l’histoire est passionnante. On veut absolument découvrir qui est ce Sirius Black et pourquoi il recherche Harry. On veut comprendre tous ces mystères qui égrènent cette troisième année magique. Le Prisonnier d’Azkaban est également l’occasion de lever le voile sur le passé de la famille de Harry, jusque là mis de côté. On cerne ainsi mieux les origines du personnage. L’écriture de J.K. est plus mature, mais toujours aussi drôle par moment car elle n’oublie pas de nous faire sourire. Un très bon cru que je vous recommande de lire. Le film qui en est adapté, d’Alfonso Cuarón, est d’ailleurs pour moi le meilleur de saga ciné. Je me demande pourquoi ce réalisateur n’a pas été gardé pour les suites, il aurait accompli un travail formidable !


les-fourmis-1

Les Fourmis – Bernard Werber

Résumé : Pendant les quelques secondes nécessaires pour lire cette seule phrase vont naître sur terre quarante humains mais surtout sept cents millions de fourmis. Depuis plus de cent millions d’années avant nous, elles sont là, réparties en légions, en cités, en empires sur toute la surface du globe. Elles ont créé une civilisation parallèle, bâti de véritables royaumes, inventé les armes les plus sophistiquées, conçu tout un art de la guerre et de la cité que nous sommes loin d’égaler, maîtrisé une technologie stupéfiante. Elles ont leur propre Attila, Christophe Colomb, Jules César, Machiavel ou Léonard de Vinci. Le jour des fourmis approche. Ce roman pas comme les autres nous dit pourquoi et nous plonge de manière saisissante dans un univers de crimes, de monstruosités, de guerres tel que nous n’en avons jamais connu. Au-delà de toute imagination. Il nous fait entrer dans le monde des infra terrestres. Attention où vous mettrez les pieds. Après avoir lu ce roman, vous risquez de ne plus regarder la réalité de la même manière.

Mon avis : Ah, Les Fourmis ! Un de mes livres fétiches. Il s’agit pour le coup ici aussi d’une relecture. Ça faisait tellement que je l’avais lu (au collège en fait, pouah !) que j’ai décidé de me refaire toute la saga, d’autant plus que je n’ai jamais lu entièrement le troisième opus. J’ai donc redécouvert avec délectation ce chef-d’oeuvre de Bernard Werber. Quelle idée ingénieuse : qui aurait eu l’idée d’écrire un roman sur les fourmis ? L’histoire est absolument succulente, et alterne entre deux camps distincts : celui des humains et celui des fourmis. On découvre ainsi plusieurs personnages issus des deux espèces. On connaît déjà le fonctionnement de notre propre race (Et encore ! L’être humain est parfois bien surprenant), mais que sait-on vraiment des fourmis, à moins d’être myrmécologue ? On veut tout lire comme un glouton pour percer le secret de la mystérieuse cave, on veut comprendre quelle est l’arme étrange qui menace de détruire toutes les fourmis. Bernard Werber livre une écriture accrocheuse et prenante, et ne manque pas de distiller tout un tas de détails qui sont autant de petites perles pour la culture générale et une meilleure compréhension des fourmis. Alors certes, il y a un zeste de SF dans tout ça, mais croyez-moi, une fois que vous avez terminé ce livre, effectivement, vous ne portez plus le même regard sur la population myrmécéenne. Un classique de la littérature française que je recommande à tous.


harry-potter-4

Harry Potter et la Coupe de Feu – J.K. Rowling

Résumé : Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà, les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit … Trop vite, car il va se trouver plongé au cœur des évènements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter.

Mon avis : Mon dernier livre en date, Harry Potter et la Coupe de Feu, quatrième opus des aventures du célèbres sorcier. Avec ce livre, on enterre définitivement l’âge de l’enfance et on rentre pleinement dans le début de l’adolescence pour Harry et ses amis. C’est la puberté, et toutes les émotions qui l’accompagne. Ainsi, on n’est guère surpris de trouver Harry en train de scruter la jolie Cho. Tout comme les crises de jalousie non avouées entre Ron et Hermione nous amusent. J.K. Rowling laisse pour un temps les malheurs derrière Harry en proposant cette fois de nous faire découvrir le Tournoi des Trois Sorciers, auquel il devra participer malgré lui. Autant, j’ai beaucoup aimé les trois premiers livres, autant ce quatrième tome est celui que je préfère le moins dans la saga. Il n’a jamais soulevé en moi de grande passion. La première moitié du livre s’avère ainsi assez lente, peu intéressante. On sent que, peut-être sous la pression des éditeurs, l’auteure s’est forcée à livrer un bouquin beaucoup plus imposant en terme de longueur (presque le double du Prisonnier d’Azkaban), et ne maîtrisait pas forcément une histoire aussi étendue. Elle a donc dû combler les vides, notamment dans la première partie, avec des scènes peu utiles voire carrément lassantes. Heureusement, à partir de la seconde moitié, les choses s’embrayent et on retrouve enfin sa plume magique. Le dernier quart est tout particulièrement sujet à de nombreux rebondissements – notamment une scène clef de la saga – qui ne manqueront pas de ravir les lecteurs.