[Cinéma] Mon avis sur Big Bad Wolf / L’Ordre du Loup

Titre Original : Big Bad Wolf
Date de sortie (France) : 06/07/2009
Date de sortie (USA) : 25/10/2006
Réalisé par : Lance W. Dreesen
Avec : Trevor Duke-Moretz, Kimberly J. Brown, Richard Tyson, Sarah Aldrich, Christopher Shyer
Durée : 1h35

Synopsis : Derek, un étudiant timide de première année se rend au chalet de son beau-père pour y faire la fête avec ses amis et Sam, sa petite amie. Mais les festivités tournent au massacre quand ils sont attaqués par un loup-garou. Derek et Sam arrivent à s’échapper des griffes de la bête. Ils ne vont pas tarder à découvrir un terrible secret quant aux origines du monstre.

Bande-Annonce

Mon avis : L’Ordre du Loup fait parti des quelques films de loups-garous que je me suis achetés dernièrement pour compléter ma collection sur ce thème =) Je dois dire qu’au vu de la bande-annonce et du résumé, au pitch ultra-classique, je n’en attendais pas grand chose, et tant mieux.

Côté histoire, un début peu original, où on nous introduit le héros, Drake, qui s’apprête à partir avec ses amis faire la fiesta dans la cabane de son beau-père, perdue au milieu de nul-part. Franchement, ils n’auraient pas pu aller ailleurs pour faire la fête lol ? Néanmoins, j’ai été surpris, car je m’attendais à ce que cette histoire de soirée tournant au massacre par un loup-garou constitue l’ensemble du film. Or, il n’en est rien, puisque cet évènement n’accapare que les 1/4 du long-métrage. Concernant la suite des évènements, il s’agira pour Derek et son amie Sam de découvrir qui se cache derrière le loup-garou ! Malheureusement, là où on pouvait s’attendre à devoir tenter de percer le mystère jusqu’à la toute fin, le scénario se contente de nous livrer assez rapidement l’identité du coupable, ce qui casse un peu la tension du film. Dans l’ensemble, l’histoire est par moment assez lente et peu rythmée, et c’est le principal défaut du film.

L’autre grand défaut, c’est le loup-garou en lui-même. Alors certes, le film affiche son originalité par le fait que ce lycanthrope puisse parler en étant transformé, et ce dernier s’avère être assez pervers sur les bords, ce qui donne lieu à quelques moments comiques faisant lorgner le film du côté de la comédie horrifique. L’idée aurait été bonne si le design du loup-garou n’avait hélas pas été aussi moisi ! Il est tellement ridicule qu’il n’inspire aucune crainte, et prête même plutôt à rire (après tout, c’était peut-être le but recherché ?). Néanmoins, on peut saluer l’effort des costumiers d’avoir opté pour des effets pratiques plutôt que de tomber dans le tout virtuel. D’ailleurs, une seule scène a recours aux images de synthèse, celle d’une brève transformation (assez peu réussie d’ailleurs, la faute sûrement à budget très serré).

Côté casting, on se retrouve clairement avec des acteurs de seconde zone, voire de troisième zone. Rien de transcendant dans le jeu, mais on retiendra tout de même les prestations sympathiques de Kimberley J. Brown (Sam), un poil rebelle, et de Sarah Aldrich, peu présente mais touchante.

N’espérez pas non plus grand chose de la mise en scène qui est plutôt banale et sans prise de risque, tout comme la bande-son n’ayant rien de fantastique. Toutefois, les amateurs de gore seront servis avec quelques beaux moments sanglants !

En conclusion, un film de loup-garou Direct-to-Video qu’il faut voir si vous aimez le sujet, mais n’en attendez pas grand chose. Il reste sympathique, mais les autres seront sûrement déçus.

P.S. : Fun-fact assez drôle, l’acteur principal, Trevor Duke-Moretz, est le grand frère de l’actrice Chloë Grace Moretz (Kick-Ass, La 5ème Vague, etc.) !

Publicités

[Mise à Jour] Où en est l’écriture de mon roman Nocturne ?

Salut à tous !

Cela fait très longtemps que je ne vous ai pas parlé de mon roman Nocturne, à l’origine notamment de la création de ce blog, puisqu’au début, pour ceux qui s’en souviennent, je postais régulièrement les nouveaux chapitres ici-même pour que chacun puisse les découvrir et me donner son avis. J’ai procédé ainsi jusqu’au chapitre 15, afin de garder tout de même du mystère sur le fin mot de l’histoire. Avant, finalement, de tout retirer.

C’est parce que j’ai pas mal remanié certains passages et certains chapitres que j’ai décidé de tout enlever. Et aussi pour protéger un peu le manuscrit, je dois dire ^^ En tout cas, pour ceux qui ont suivi l’histoire, sachez que, non, je n’ai pas abandonné Nocturne. Ces deux dernières années, il faut dire que j’ai eu pas mal de doutes, et surtout un sacré manque de motivation pour écrire. Mais lorsque la motivation me revient, je poursuis l’écriture. Je fonctionne donc par phases.

À l’heure où j’écris ces lignes, le manuscrit comporte environ 335 pages au format poche, divisées en 23 chapitres, et je pense en être plus au moins arrivé aux 3/4. Étant donné ce que je dois encore raconter et élaborer, j’imagine que le manuscrit comportera au final dans les 400 pages.

Tout ça pour vous dire que le projet n’est pas abandonné, loin de là, mais que je suis juste très long à pondre les mots, et que l’histoire de Roman et Liam se poursuit, petit à petit. Comptez sur moi pour vous tenir informés de l’avancement, mais dès que le manuscrit sera terminé, je compte toujours le proposer à un éditeur. Je vise plus particulièrement Milady, mais s’agissant d’un roman fantastique mêlant des éléments de M/M, et que cette maison d’édition a décidé de stopper sa collection SLASH (il s’agit du nom de leur collection de romans M/M), je ne sais pas trop comment ça va se passer.

D’un autre côté, j’envisage parfois tout simplement de publier dans un premier temps sur des plateformes comme Amazon Kindle, pour avoir plus de contrôle et de liberté, mais j’hésite. Est-ce que procéder de la sorte pourrait freiner une éventuelle future sortie en format papier chez un éditeur ? Si vous avez des conseils ou des avis à ce sujet, je suis vraiment preneur, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire.

Je vous embrasse tous,
R.G.

[Série] Mon avis sur la Saison 2 de Van Helsing

Il y a quelques mois, je vous parlais d’une sympathique série Vampirique découverte sur Netflix durant mes vacances d’été : Van Helsing. Si vous n’avez pas encore visionné cette série, je vous conseille de lire mon avis sur la Saison 1 en cliquant ICI. S’agissant de la Saison 2, je parlerai librement de la Saison 1, et vous risqueriez donc d’être spoilé.

Petite piqûre de rappel sur le contexte de la série : le supervolcan Yellowstone est entré en éruption trois ans auparavant, créant ainsi un hiver volcanique sur Terre. Un évènement dont profitent les Vampires pour sortir des ténèbres et envahir le monde, répandant l’Apocalypse. Cet incident sera nommé Le Soulèvement. Trois ans plus tard, une mystérieuse jeune femme, Vanessa, se réveille au sein d’un complexe médical dans ce monde en proie au chaos, ne se remémorant presque rien de son passé, hormis sa fille, Dylan. Cette dernière, accompagnée de quelques alliés, va donc tenter de retrouver sa fille, tout en devant affronter des hordes de Vampires, menés à la fois par Julius et Dmitri, deux anciens suceurs de sang. Vanessa se découvre douée pour le combat, mais constate également que son sang possède la capacité de retransformer un Vampire en humain. Ces derniers, avides de mettre la main sur celle-ci pour exploiter ses pouvoirs, auront tôt fait de vouloir la capturer.

Rebecca & Dylan

Au terme de la saison 1, Vanessa attaque le QG des Vampires aidée de résistants humains, et découvre que sa fille, Dylan, était retenue tout ce temps prisonnière de Dmitri et Rebecca. Pire, elle est devenue une Vampire !

Hein ? Julius est avec Vanessa maintenant ^^ ?

La saison 2, débarquée courant Janvier sur Netflix après un passage sur SyFy en premier lieu, reprend immédiatement là où la saison 1 s’était arrêtée. On retrouve avec beaucoup de plaisir tous les personnages qui ont fait le charme de la première saison, tels que Axel (désormais devenu Vampire), Flesh, Mohamad, Doc, et tous les autres.

Flesh & Mohamad

Comme je le disais dans mon avis sur la saison 1, cette série a su me surprendre. Alors que les premiers épisodes étaient un peu mous, on se retrouvait au final vite pris dans cette histoire agréable et bien ficelée, malgré un côté série B omniprésent. Et la saison 2 ne fera que vous surprendre d’autant plus ! Elle apporte énormément d’informations sur l’histoire, la mythologie des Vampires, le passé des personnages, et plus encore. La réalisation, baignant toujours dans un B léché, s’affine néanmoins. On sent que le budget est plus conséquent, probablement grâce au succès de la première saison. Et le scénario est encore plus prenant, vous l’aurez bien compris. Attendez-vous à apprendre pas mal de nouveaux éléments sur le passé de Vanessa, dont on connaît désormais le véritable nom de famille, Van Helsing, révélé dans le tout dernier épisode de la saison 1.

Axel, devenu Vampire

On peut également compter sur l’arrivée de nouveaux personnages hauts en couleur, comme Scarlett. Tout comme Vanessa, celle-ci est une experte pour découper du Vampire. Ces deux-là auraient-elle un lien ? On découvre aussi Lucky, qui va s’amouracher de Flesh. Cette saison 2 est également l’occasion de mettre en avant les Anciens, mentionnés dans la saison 1, et notamment l’un d’entre eux, qui sera la clef de voûte de cette seconde saison.

Scarlett & Vanessa

Psychologiquement, les personnages sont plus fouillés, et certains d’eux devront faire face à leurs fautes, notamment Doc, qui va se retrouver nez à nez avec Alex, qu’elle a laissé pour mort dans la saison 1, et qui est devenu un Vampire par sa faute. Comment va-t-elle réagir ? Alex parviendra-t-il à lui pardonner son acte ? Le terrible Sam, tueur caché et inattendu de la saison 1, signe aussi son retour morbide, et son obsession pour Mohamad devient de plus en plus dérangeante, tous comme ses penchants malsains pour le meurtre et la torture. Vous découvrirez également un tout nouveau Julius, mais je n’en dis pas plus !

Axel, Scarlett, Doc & Julius retenus prisonniers par des humains ?

En clair, j’ai trouvé cette saison 2 absolument géniale, et encore mieux que la précédente. Pour une petite série vampirique sans prétention, c’est très réussi, et ça donne envie. D’ailleurs, le succès surprise a été au rendez-vous, puisqu’une troisième saison a dors et déjà été annoncée, et vous constaterez au terme de la seconde saison qu’il reste encore beaucoup de choses à raconter et à explorer. N’hésitez plus et lancez-vous !

Bande-Annonce

[Littérature Gay] Mon avis sur Les Loups de Riverdance – Tome 2 : Léo de H.V. Gavriel

Auteur : H.V. Gavriel
Éditeur : Milady
Nombres de pages : 480
Date de parution France : 10/07/2015

Résumé : Léo a bien grandi depuis que son père a abandonné son rôle d’alpha de la meute de Riverdance. À présent avocat, père d’une petite fille et divorcé, le jeune homme est écartelé entre ses rêves et la réalité, ses désirs et ses responsabilités. Difficile de choisir sa voie quand tant de gens attendent autant de vous. Cependant des enlèvements d’enfants métamorphes ne vont pas lui laisser le choix. Pas plus que sa rencontre avec Zacharie Blackhawke. Un bel indien sexy, arrogant et sauvage, qui va faire découvrir à Léo des facettes insoupçonnées de sa propre personnalité …

Mon avis : C’est avec plaisir que je me suis lancé dans la lecture du second tome des Loups de Riverdance, après un premier tome réussi de H.V. Gavriel malgré quelques longueurs. Vous pouvez d’ailleurs retrouver ma critique du premier volet en cliquant ICI.

Tout d’abord, plusieurs choses sont à prendre en considération. On aurait pu imaginer que l’auteure poursuive sa saga avec le personnages de Lucas en tant que protagoniste principal. Il n’en est rien puisqu’elle a au contraire choisi d’utiliser un nouveau personnage, qui n’est pas un inconnu pour autant, car il s’agit de Léo, déjà apparu dans le premier opus. Pour ceux qui auraient oublié, Léo est le fils de Marcus, ex-Alpha de la meute de Riverdance, avec qui Lucas coule désormais des jours heureux. L’autre petite particularité, c’est que l’auteure a effectué un bon dans le temps de sept ans, ce qui fait qu’on retrouve un Léo maintenant plus âgé, sur la fin de la vingtaine, et devenu avocat. Deux partis-pris scénaristiques intéressants qui permettent de ne pas s’ancrer dans un chemin tout tracé, même si cela peut ne pas plaire aux lecteurs qui préfèrent suivre un seul et même héros. Personnellement, cela ne m’a pas dérangé.

Comme d’habitude, la plume d’H.V. est très belle et fluide à lire. Il reste certes certains passages très descriptifs et qui trainent un peu en longueur, manquant de dialogues ou d’animations, tels que ceux nous dépeignant les pensées du héros, mais on est loin des longs passages à vide du premier tome qui rendaient parfois la lecture éprouvante. Il y a aussi une chose qu’H.V. maîtrise bien, c’est la description psychologique de ses personnages, qui, il faut le souligner, est toujours très fouillée. On peut vraiment les comprendre, se mettre à leur place et ressentir leurs dilemmes.

L’histoire en elle-même s’avère intéressante à suivre, sous forme d’enquête suite à la disparition de nombreux enfants issus de divers clans. L’occasion pour l’auteure d’approfondir son univers et de nous présenter de nouvelles races, comme les Ours-Garous et surtout les Vampires, ainsi que le Conseil Inter-Espèce. J’ai beaucoup aimé cette expansion narrative, qui permet de mieux cerner la mythologie mise en place par H.V. et d’en apprendre plus, notamment sur les Vampires. Malgré tout, j’ai trouvé que l’histoire manquait un peu de punch et de moments d’actions, et qu’elle était parfois trop centrée sur la romance entre Léo et son nouvel amant, l’amérindien Zacharie. J’aurais apprécié quelques scènes de bataille supplémentaire. L’action se déroule toujours plus au moins dans l’État de Washington, ce qui me ravis étant donné que j’y ai passé plusieurs jours en 2015. J’avais donc vraiment l’impression d’y remettre les pieds grâce à la description efficace des décors.

Voilà, ça c’est pour tout ce que j’ai apprécié dans ce second tome ^^ Maintenant, je vais m’épancher un peu plus sur les quelques points qui m’ont déplus. Pour commencer, mais ça c’est le parti-pris de l’auteure de représenter ses Loups-Garous de cette manière (ils ressemblent juste à de simples loups), une scène m’a un peu dérangé au début du livre. Peu après la disparition d’un enfant, Léo décide de suivre une piste odorante en se transformant en loup-garou avec l’aide de son ami Benny (qui lui garde forme humaine). Pour que cela soit discret, Léo demande à Benny de … l’attacher en laisse ! Ok, c’était probablement pour apporter une touche humoristique, mais j’ai trouvé ça dommage de ridiculiser à ce point un pauvre loup-garou ^^ Personnellement, ayant grandi avec des classiques du cinéma Lycanthrope comme The Howling ou encore An American Werewolf In London pour ne citer qu’eux, j’ai toujours considéré les loups-garous comme devant être des créatures effrayantes, puissantes et meurtrières, du coup voir un simple loup, qui plus est en laisse, ça m’a paru peu crédible.

L’autre chose qui m’a gênée, c’est la grande différence de ton avec le premier tome. Là où l’histoire de Lucas était sombre à souhait, et où le romantisme était justement dosé, j’ai eu l’impression de me retrouver avec ce second tome dans une soupe de mièvrerie interminable. Que ce soit pour l’histoire entre Léo et Zach, parfois sérieusement gnan-gnan, ou les scènes atrocement niaises avec les enfants présents en surnombre du début à la fin (je ne peux plus voir en peinture ni Lily-Rose, ni Cody). Bon, ça, la pauvre H.V. n’y peut rien, c’est juste moi qui déteste les gosses ah ah, ou du moins, pas représentés de cette manière trop gaga.

Pour conclure, j’ai bien aimé ce second tome, certes moins que le premier, en raison des diverses petites choses qui m’ont gênées comme évoqué plus tôt. Reste quand même la belle plume d’H.V., qui a au moins eu le mérite de souhaiter emmener les lecteurs vers une orientation narrative et un ton un peu différents, qui pourra plaire ou déplaire à certains. Oh, et j’oubliais de le préciser, H.V. n’oublie pas non plus les gourmands avec de nombreuses et denses scènes de sexe qui raviront les amateurs hé hé. En tout cas, au vu de son résumé, je pense que je vais bien apprécier le troisième tome (le capitaine Zankov et le stoïque Logan, mmmmh, ça risque d’être sympa !).

[Cinéma] Mon avis sur Howl

 

Titre Original : Howl
Date de sortie (France) : 10/01/2017
Date de sortie (USA) :16/10/2015
Réalisé par : David Hayter
Avec : Ed SpeleersHolly WestonShauna MacdonaldElliot CowanSam Gittins
Durée : 1h29

Synopsis : Dans un train de banlieue londonienne, à la tombée de la nuit, le voyage se transforme en cauchemar lorsqu’un jeune contrôleur et un groupe de voyageurs se retrouvent à devoir lutter à mort contre une créature maléfique et terrifiante …

Bande-Annonce

Mon avis : Nouvelle chronique sur un film de loups-garous, le récent Howl, qui nous vient tout droit du Royaume-Uni. J’entends parler de ce long-métrage depuis sa sortie là-bas, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de le visionner. En ayant entendu de bons échos, je me suis décidé à me le prendre sur Amazon.

Grosse déception et incompréhension tout de même, le film n’est disponible qu’en DVD en France ! J’ai été assez ébahi de découvrir qu’en France, en 2017, un éditeur pouvait encore sortir un film récent uniquement en DVD. Pas même une version Blu-Ray ! Et à l’heure de la haute-définition, ça devrait même plutôt être l’inverse, ce film ne devrait être dispo qu’en Blu-Ray. Franchement, à part quelques irréductibles, tout le monde est passé à ce format. On a l’impression de revenir dix ans en arrière Oo. D’autant plus que la seconde déception, c’est la qualité de l’image sur ce DVD : elle est vraiment dégueulasse durant certains passages, et on sent bien que le film a été compressé. Une version haute-définition aurait permis d’ajouter plus de détails et d’éviter ces désagréments malvenus, surtout en 2017.

Bon, pour passer ce petit problème, sachez que j’ai passé un excellent moment devant Howl ! Les britanniques nous ont habitué depuis plus d’une décennie à quelques beaux bijoux horrifiques, parmi lesquels Dog Soldiers, The Descent ou encore Doomsday pour ne citer qu’eux. Et cette tendance se poursuit avec Howl.

Avant le visionnage, il faut tout de même savoir que ce film a été réalisé avec un budget assez serré, et pourtant, il s’en sort à merveille. En effet, doté d’une ambiance sombre, d’une situation effrayante à souhait (qui rêverait que son train tombe en panne au beau milieu d’une forêt en rase campagne ?), ainsi que d’un casting convaincant, le film a tout pour plaire aux amateurs de loups-garous.

Les scénaristes ont fait le pari de proposer cette situation originale, et ça paye. L’histoire fonctionne très bien, et rapidement, nous sommes plongés dedans, impatients de découvrir ce qui va bien pouvoir arriver à ce groupe de passagers pris au piège. Car les pauvres ne vont en effet pas tarder à découvrir que leur train, en plus d’être à l’arrêt, est également pris d’assaut par un loup-garou meurtrier. Les personnages principaux sont assez bien développés avec un minimum de background, et le film excelle à montrer comment chacun peut réagir dans ce genre de situations : garder son calme, piquer une crise, s’en prendre aux autres, s’échapper, sacrifier autrui. Finalement, le loup-garou dépeint n’est pas la seule menace présente, puisque le comportement de chaque protagoniste l’est tout autant.

La réalisateur Paul Hyett met en scène avec brio cette trame, créant une ambiance ténébreuse et angoissante, celle de la forêt nocturne, abritant mille et une créatures de nos cauchemars les plus sombres. Cela n’a pas dû être évident de tourner les trois quarts du film dans un train reconstitué, et pourtant, ça reste crédible, d’autant plus que la tension monte d’un cran lorsque le loup-garou commence à assiéger puis à vouloir pénétrer dans le train pour croquer ces chers passagers.

Le casting est constitué de Ed Speelers, notamment vu dans Eragon ou plus récemment dans Downton. Parmi les têtes connues, on retrouve également Shauna Macdonald, héroïne inoubliable du diptyque The Descent. Fait également une brève apparition Sean Pertwee, qui a déjà combattu les loups-garous dans Dog Soldiers, mais dont le destin est ici rapidement scellé. Dans l’ensemble, le casting est convaincant, et chaque acteur parvient à nous faire ressentir l’ambiance étouffante en huit-clos du train en panne.

Côté musique, celles-ci sont assez discrètes mais efficaces dans les moments clefs. On retiendra  le thème principal, très joli.

Au niveau des loups-garous, leur design est assez recherché pour un film à petit budget, et celui-ci ne sombre nullement dans les faux-pas qu’ont pu commettre certains autres films du même genre dernièrement, avec des lycanthropes ridicules (Wolves, The Howling : Reborn). Le réalisateur a souhaité que les loups-garous conservent une apparence humaine, tout en incorporant certaines caractéristiques animales. Point de museau allongé, mais une gueule béante remplie de crocs garnis ainsi que des jambes musclées et lupines, le tout accompagné d’un physique imposant ainsi que d’yeux jaunes brillants qui donnent lieux à quelques scènes bien creepy dans les ténèbres de la forêt.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé ce petit bijou sans prétention très original et intéressant. Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant pris mon pied devant un film de loups-garous (probablement depuis Underworld et Dog Soldiers), et je vous le recommande chaudement ! L’ambiance est angoissante, les moments de gore ne sont pas oubliés, la tension monte crescendo, et on a même le droit à quelques rebondissements qui jalonnent le film. Bref, un excellent cocktail, on en redemande !

Mes Dernières Lectures #4

Bonjour à tous ! Voici venir le nouveau billet de ma rubrique « Mes Dernières Lectures », où je vous livre un avis concis des derniers livres que j’ai lus et pour lesquels je n’ai pas fait un article à part entière, en espérant que cela vous apporte peut-être quelques idées de lecture 😉


tome-1-la-princesse-des-glaces

Saga Erica Falck – Tome 1 : La Princesse des Glaces – Camilla Läckberg

Résumé : Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres –, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard – encore une mise en scène de suicide …

Mon avis : Cela fait plusieurs mois qu’une amie me parlait de cette saga policière écrite par l’auteure suédoise Camilla Läckberg, m’en ventant les mérites. Ayant adoré et dévoré chaque tome de la trilogie Millénium de Stieg Larsson, je me suis donc décidé à me lancer dans l’aventure. Et je dois bien avouer que je n’ai pas été déçu ! La première chose à savoir, c’est qu’il ne faut pas débuter ce roman en ayant à l’esprit de le comparer à Millénium, qui est la référence suédoise la plus connue. J’ai constaté dans divers avis que beaucoup de personnes s’attendaient à retrouver du Millénium en démarrant La Princesse des Glaces et ont été déçus, l’ayant trop pris comme une référence. Certes, on est dans le même registre, le policier / pollar, mais ici le ton est très différent. L’ambiance est plus légère et moins noire. Les deux héros, Erica et Patrik, sont tous deux très attachants, et on a plaisir à suivre leurs pérégrinations pour trouver le meurtrier. L’écriture de Läckberg est fluide, et son choix d’opter pour un narration externe permet de brosser le portrait de très nombreux protagonistes aux personnalités bien différentes, voire parfois amusantes. L’enquête en elle-même est très prenante et intéressante, si bien que je n’arrivais pas à me défaire du livre, tant je voulais avancer dans l’histoire. Elle est parsemée de mystères, de révélations, et de bouleversements bien amenés. Ce que j’ai également apprécié, c’est que l’auteure ne se concentre pas uniquement sur l’enquête, mais approfondi également la vie privée de ses personnages, et notamment d’Erica, créant quelques sous-intrigues qui pimentent le livre et sont les bienvenues. On prend également plaisir à détester certains personnages. Bref, une vraie pépite que je recommande aux amateurs de romans policiers !


Ça – Tome 1 – Stephen King

Résumé : Périodiquement, dans la petite ville de Derry (Maine), des événements tragiques se produisent : des enfants disparaissent, d’autres sont retrouvés morts, le corps déchiqueté, des incendies éclatent. Six garçons et une fille de onze ans, qui forment un groupe d’amis fidèles, traquent cette « chose » abominable qui vit dans un réseau d’égouts abandonnés et peut prendre la forme qui lui plaît, y compris celle d’un clown qui attire les enfants avec des ballons de couleur. Ils croiront être parvenus à anéantir le monstre, mais vingt-cinq ans plus tard tout recommence. Devenus adultes, les petits héros de 1958 se retrouvent pour affronter le mal à l’état pur. Une lutte longue et très périlleuse qui exige l’amour et l’amitié pour vaincre « Ça » qui, lui aussi, peut avoir peur …

Mon avis : On ne présente plus Ça (ou It en anglais), probablement l’une des histoires d’horreur les plus célèbres, que ce soit pour sa version romanesque ou son adaptation télévisée des années 90. C’est justement dans les années 90, alors que je devais avoir 5 ou 6 ans, que je me souviens avoir vu le téléfilm passer à la TV. Je me rappelle très précisément  cette scène m’ayant horrifié : au début du film, lorsque le petit George Denbrough profite du temps pluvieux pour jouer avec le bateau en papier que lui a confectionné son frère Bill, avant de se faire happer dans les égouts par l’atroce clown tueur Grippe-Sou (Pennywise en anglais). Une séquence qui m’a beaucoup marqué (« Tu veux un ballon ? »). Quelques années plus tard, ma mère m’offrit le roman, mais je ne fus pas capable de le lire à l’époque, pas par peur, mais parce que l’écriture était très particulière, et peu adaptée pour un jeune. Malgré tout, l’histoire m’a toujours fascinée, et j’ai souvent revu le téléfilm. Lorsqu’une nouvelle adaptation du roman fut annoncée pour sortir au cinéma il y a de nombreux mois, je me suis dit que cette fois, je ne pouvais plus passer à côté : il fallait que je lise Ça. Et mon dieu que je ne regrette pas. On peut qualifier ce livre de chef-d’oeuvre sans trop de risque. Stephen King montre un talent absolument incroyable d’écriture et une maîtrise quasiment parfaite de son histoire, de ses personnages et de leur psychologie. L’auteur prolifique se paie même le luxe d’alterner très souvent entre passé (1958) et présent (1985) sans aucune peine, avec une habilité surprenante. Et c’est justement là la particularité et la force du récit : on jongle sans cesse entre deux périodes, entre deux temps, entre l’enfance et l’âge adulte. Et je pense que c’est probablement la raison pour laquelle j’ai eu du mal à lire ce récit étant beaucoup plus jeune : c’est une lecture qu’il vaut mieux débuter à partir de l’âge adulte pour en saisir tout le sens et toute la portée. Dans Ça, Stephen King invente toute une ribambelle de personnages, dont l’attachant « Club des Ratés » qui ne sont autre que les sept héros. Bien évidemment, le clown Grippe-Sou est la grande vedette et semble être l’entité maléfique par excellence du récit. Mais la force de Stephen King, c’est de nous démontrer que les véritables démons ne sont pas que des êtres surnaturels, mais nos propres semblables. Il dépeint ainsi toute une galerie d’autres personnages malsains, terribles. Les atrocités commises sont dépeintes sans concession aucune. Et King vient puiser dans nos peurs les plus profondes, les plus enfouies (qui n’a jamais eu peur qu’une main l’attrape sous le lit, qui n’a jamais eu le sentiment que quelque chose se cachait dans le noir au plus profond de la cave ?) pour nous happer littéralement dans son histoire. Ce premier tome sert surtout à mettre en place la situation, les personnages. Alors certes, il y a une chose qui pourra peut-être rebuter certains : c’est le style très « lourd » (à ne pas prendre négativement) de l’écriture de King. En effet, l’auteur rentre énormément dans les détails, que ce soit à travers les descriptions ou la psychologie et les pensées des personnages, sans compter les interludes et histoires parallèles. Oui, il décrit et détaille énormément de choses (en grand format, le livre compte près de 650 pages). Personnellement, cet aspect ne m’a pas du tout dérangé, car il apporte énormément de vie et de réalité au récit, mais il pourra rebuter certains. Néanmoins, il ne faut vraiment pas passer à côté de ce roman. C’est un classique de la littérature horrifique contemporaine qu’il faut absolument lire !


Le Test – Stéphane Allix

Résumé : Lorsque mon père est décédé j’ai placé des objets dans son cercueil. Je n’en ai parlé à personne. Puis j’ai interrogé des médiums qui disent communiquer avec les morts. Découvriront-ils de quels objets il s’agit ? C’est le test.

Peut-on parler avec les morts ? Des femmes et des hommes le prétendent et en font même profession. Des milliers de gens les consultent. Ces capacités sont-elles réelles ou sont-elles une illusion ? Pour répondre à ces interrogations, Stéphane Allix a interrogé six médiums. Les résultats sont stupéfiants et confirment ce que révèlent les recherches scientifiques menées sur ce sujet : la vie après la mort est aujourd’hui une hypothèse rationnelle. Comment devient-on médium ? Est-ce un don ou une malédiction ? Comment décrire ce qui se passe lors de la mort ? Où va-t-on après ? Consulter un médium peut-il aider au processus de deuil ? Comment éviter les charlatans ? Autant de questions que ce livre aborde, nous entraînant à la découverte d’une réalité à la fois simple et vertigineuse : il est possible de communiquer avec ceux que nous aimons au-delà de la mort.

Mon avis : Pour terminer cette quatrième chronique, non pas un roman, mais un livre journalistique, écrit par Stéphane Allix. Qui est ce monsieur ? Hé bien, c’est un journaliste qui a notamment travaillé sur M6 en produisant les documentaires Enquêtes Extraordinaires. Mais ce n’est pas tout : il a également fondé en 2007 l’INREES (Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires), un organisme se consacrant à l’étude et à l’approfondissement des recherches sur les prétendues capacités que certaines êtres humaines posséderaient (médiumnité, télépathie, etc.) mais aussi les EMI (Expériences de Morts Imminentes). Stéphane Allix a également écrit quelques autres ouvrages sur le paranormal. Si j’ai choisi de lire ce livre, c’est parce que je m’intéresse de près à ce sujet, depuis tout jeune. Et depuis que mon père en décédé en 2012, je dois avouer que j’y pense aussi parfois. Je n’y crois pas forcément, mais je suis quelqu’un de très curieux. Je laisse toutes les portes ouvertes. Alors lorsque je me suis rendu au Furet du Nord de Lille il y a quelques mois en recherche d’un livre traitant de la médiumnité, j’ai choisi un peu au hasard l’ouvrage de Stéphane. Et je ne regrette pas du tout. Le hasard a bien fait les choses. Je me suis rendu compte que je ne connaissais en réalité rien du tout à la médiumnité, hormis les habituels clichés dont nous sommes tous envahis si le sujet n’est pas un minimum connu. À travers ce livre, non seulement Stéphane Allix mène une véritable enquête journalistique, très professionnelle, mais qui plus est, il nous renseigne et nous explique en détail le monde des médiums. À chaque segment faisant intervenir un nouveau médium, l’auteur nous livre également la biographie et le passé de ce dernier afin de mieux cerner le personnage. Ce livre m’a permis d’ouvrir les yeux sur des choses que j’ignoraient totalement. Et de constater que la description faite de l’âme et de l’au-delà sont souvent les mêmes. Après, y croira qui le souhaite. Pour l’instant j’y reste toujours prudemment ouvert. À la fin du livre, Stéphane Allix donne également de très bons conseils pour ceux qui souhaiteraient consulter un médium, afin d’éviter d’être roulé dans la farine par les nombreux charlatans qui existent. En bref, si vous souhaitez découvrir la médiumnité un peu plus en détail et que le sujet vous intéresse, Le Test est fait pour vous.

[Série] Mon avis sur la saison 1 de Van Helsing

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une petite série vampirique sympa découverte et dévorée  durant mes vacances en Indonésie. Il s’agit de la série Van Helsing, produite par la chaîne américaine Sy-Fy et diffusée sur Netflix.

La série ne comporte pour l’instant qu’une saison, composée de 13 épisodes. En voici l’histoire : en 2016, le supervolcan Yellowstone (où je me suis rendu en 2015, endroit absolument magnifique et incontournable à visiter si vous allez aux USA) entre en éruption, créant un hiver volcanique à travers le globe et recouvrant le ciel d’une épaisse couche nuageuse grisâtre voilant le Soleil. Les Vampires, qui jusqu’ici vivaient reclus et dissimulés, profitent de ce cataclysme pour envahir le monde et répandre leur infection. Au cours du tumulte, Vanessa Seward, une jeune maman séparée de son conjoint et vivant avec sa fille Dylan à Seattle, est attaquée dans son appartement par un Vampire, et laissée pour morte. Trois ans plus tard, elle se réveille dans un hôpital et apprend qu’elle est restée dans le coma durant tout ce temps. Elle découvre également avec horreur que le monde est désormais dominé par les Vampires. Ne restent plus que quelques groupes et communautés de survivants, du moins aux USA. Pendant ces trois ans, Vanessa a été surveillée et gardée par un soldat, Axel, ainsi qu’une médecin légiste, Doc, sur ordre de l’armée américaine. Elle va rapidement comprendre que si elle a été gardée en vie pendant trois ans, c’est parce que son sang et sa salive ont la particularité de pouvoir inverser le processus du Vampirisme. De fait, si un Vampire la mord, ou si elle mord un Vampire, celui-ci redevient un humain. De plus, Vanessa se découvre une force décuplée et un pouvoir d’auto-guérison accéléré. Un groupe de survivant va rejoindre l’hôpital où sont retranchés Vanessa, Axel et Doc, et ils ne vont pas tarder à attirer la convoitise des Vampires, qui souhaitent plus que tout capturer Vanessa pour des raisons mystérieuses. Ensemble, ils vont tenter de survivre et se frayer un chemin dans un monde ayant sombré dans le chaos. Mais plus que tout, Vanessa va absolument vouloir retrouver sa fille, Dylan, qu’elle espère toujours vivante.

Voici un court teaser pour vous donner un petit aperçu :

Le pitch est assez intéressant, et peut rappeler de prime-abord des comics ou séries tels que The Walking Dead, mais le récit s’en éloigne assez rapidement. Les deux premiers épisodes sont plutôt moyens au niveau de la mise en scène, avec quelques dialogues bien cheesy, qui pourront en rebuter certains, mais il faut donner sa chance à la série. Passé les débuts, on accroche plutôt bien à l’histoire, à tel point qu’on veut toujours connaître la suite et visionner l’épisode suivant, ce qui est bon signe !

On sent que la série n’a pas un gros budget, mais très franchement, la mise en scène s’améliore continuellement au fur et à mesure des épisodes. La photographie n’est vraiment pas terrible non plus au début, mais se bonifie également par la suite. Je pense aussi que c’est dû au fait que les quelques premiers épisodes se déroulent surtout dans l’hôpital, et que l’atmosphère tourne vite en rond. Les choses deviennent plus intéressantes à partir du moment où le groupe quitte cette endroit.

Côté acteurs, l’héroïne Vanessa est interprétée par Kelly Overton, une actrice peu connue, qui a joué dans quelques séries comme True Blood ou NCIS. Je l’ai trouvée très convaincante et touchante, un bon mix entre un caractère très dur et parfois touchant. Axel est à quant à lui joué par Jonathan Scarfe, peu connu, qui a joué dans Hell on Wheels. Au début je le trouvais un peu agaçant, mais on commence peu à peu à l’apprécier. Vient ensuite Doc, interprétée par Rukiya Bernard, également connue pour quelques séries. La majorité d’entre vous la trouvera insupportable, car il lui arrive de prendre des décisions parfois bidons, d’être désagréable, et de vitre perdre son sang froid. Dans les quelques acteurs un peu plus reconnaissables, on retrouve Paul Johansson (le père des Frères Scott) qui joue ici le chef des Vampires, Dmitri. Également au casting, Christopher Heyerdahl alias Stan, plus connu pour avoir joué Marcus Volturi dans la saga Twilight. Pour finir, j’ai eu un petit coup de coeur pour Trezzo Mahoro aka Mohamad dans la série. C’est un personnage amusant qui apporte une note de fraîcheur bienvenue, et sa relation avec Stan est très touchante. Globalement, les acteurs sont assez bons dans leurs personnages, tandis que certains seconds rôles frisent parfois le ridicule en surjouant un peu trop.

Au niveau des Vampires, leur mythologie est bien explorée tout en laissant une place de mystère. Il y a tout un système de caste parmi les suceurs de sang. Au bas de l’échelle, on trouve les Charognards, qui, n’ayant pu consommer du sang humain et forcés de se nourrir sur les animaux, sont devenus des Vampires sauvages. Ce sont les plus communs, et ils ressemblent beaucoup à des zombies, dans le sens où ils ont perdu toute humanité et sont incapables de communiquer, à part en grognant. On retrouve ensuite les Vampires intermédiaires, au look assez décrépi, mais ayant conservé leur intelligence et leur faculté de communiquer puisque consommant du sang humain. Enfin, on retrouve les Vampires plus anciens, tels que Dmitri ou Rebecca. Puisqu’ils ont la chance de boire très régulièrement du sang humain, ils ont conservé une apparence pratiquement humaine, et seuls leurs yeux peuvent trahir leur véritable nature. Comme la majorité des Vampires de toute histoire, ils sont mortellement allergiques aux rayons du soleil et doivent se nourrir régulièrement de sang pour survivre. Contrairement aux Vampires classiques néanmoins, ils ne possèdent pas de canines proéminentes. Seuls les Sauvages possèdent des dents assez aiguisées, tels des prédateurs. Bref, il y a une belle petite mythologie qui est mise en place dans la série autour du Vampire, et qui laisse de côté l’aspect religieux pour un aspect plus scientifique et viral, comme dans la saga filmique Underworld.

L’histoire prise dans son ensemble est bien ficelée, avec en toile de fond un monde déchu et dépravé. On découvre assez rapidement que les Vampires cherchent depuis trois ans à localiser  et capturer Vanessa, pour une raison qui nous est inconnue, mais dont les tenants et les aboutissants nous sont dévoilés au fur à mesure des épisodes. Les Vampires entretiennent également des « fermes d’humains », qui leur servent de bétail pour se repaître. La série comporte pas mal de scènes d’action, dont quelques combats fort sympathiques quoiqu’un peu hésitants au début. Il y a beaucoup de révélations qui nous tiennent en haleine au fur et à mesure, jusqu’à l’apothéose du dernier chapitre. Bon, et dans tout ça, vous allez aussi me demander : mais pourquoi la série s’appelle « Van Helsing » ? Et bien tout d’abord, sachez qu’elle est librement adaptée du comic du même nom publié par Zenescope. Visiblement, la série n’entretient que peu de lien avec le comic pour le moment, hormis les Vampires et le nom, et il faudra sans doute attendre encore un peu avant de voir se profiler une connexion éventuelle. Pour le reste, je préfère ne pas vous spoiler et vous laisser découvrir le pourquoi du comment par vous-même ^^

Pour conclure, cette série a un aspect et un côté « série B » indéniable, que ce soit par la mise en scène ou certains dialogues. Malgré tout, si on aime les Vampires, on s’y attache assez rapidement. Par ailleurs, sachez que face au succès de la première saison, une seconde saison a été mise en chantier. Son tournage est terminé, et elle devrait débarquer cet automne sur Netflix 🙂