Archives mensuelles : juillet 2014

Mon avis sur le film Sublimes Créatures

beautiful_creatures_banner-poster-2

Titre original : Beautiful Creatures
Date de sortie France : 14 Février 2013
Date de sortie (USA) : 17 Février 2013
Réalisé par : Richard LaGravenese
Avec : Alden Ehrenreich, Alice Englert, Jeremy Irons, Viola Davis, Emmy Rossum, Thomas Mann (II), Emma Thompson, Eileen Atkins
Nationalité(s) : Américain
Genre(s) : Fantastique, Romance
Durée : 2h04

Synopsis : Ethan Wate, un jeune lycéen, mène une existence ennuyeuse dans une petite ville du sud des Etats-Unis. Mais des phénomènes inexplicables se produisent, coïncidant avec l’arrivée d’une nouvelle élève : Léna Duchannes. Malgré la suspicion et l’antipathie du reste de la ville envers Léna, Ethan est intrigué par cette mystérieuse jeune fille et se rapproche d’elle. Il découvre que Lena est une enchanteresse, un être doué de pouvoirs surnaturels et dont la famille cache un terrible secret. Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une grande épreuve : comme tous ceux de sa famille, Lena saura à ses seize ans si elle est vouée aux forces bénéfiques de la lumière, ou à la puissance maléfique des ténèbres …

Bande-Annonce

Mon avis : Un film que j’ai beaucoup aimé !!!! Je l’ai vu dans la foulée avec Mortal Instruments et autant dire que Sublimes Créatures surpasse à mon sens de très loin ce dernier. Mise en scène soignée et maîtrisée, acteurs au top, histoire très intéressante et bien menée et musique envoûtante ! Je n’ai pas lu le roman donc je laisserai le soin aux fans de la saga littéraire de faire la comparaison.

Toujours est-il que Sublimes Créatures reste un excellent film fantastique « bit-lit » avec une atmosphère mystérieuse, loufoque et étrange assez agréable. J’ai beaucoup apprécié toute cette histoire d’ « enchanteurs » (qui ne restent ni plus ni moins que des sorciers) qui sont cachés parmi les humains. Leurs pouvoirs sont aussi intéressants que puissants. Moi qui cherchait des sources d’inspiration sur les sorciers / enchanteurs, j’ai pour le coup été bien servi.

Le point positif du film réside aussi le fait que le personnage principal est un garçon, ce qui nous change un peu de l’éternelle greluche qui tombe amoureuse du premier être surnaturel venu. Ici, il y a certes une histoire d’amour naissante entre les deux héros, Ethan, le mortel, et Lena, l’Enchanteresse, mais elle se fait tout en douceur et est parsemée d’embuches. On ne tombe pas directement dans la niaiserie habituelle de ce genre de films. On a plus l’impression de voir deux meilleurs amis très proches qu’un véritable couple et ça passe mieux pour moi.

Ce que j’ai un peu moins bien aimé, c’est le fait que chaque Enchanteur saura à ses 16 ans s’il passe du côté de l’ombre ou de la lumière. Un peu trop cliché à mon goût. Sans compter ce thème qui revient souvent dans ce type d’histoire fantastique des ancêtres des deux héros qui se sont déjà rencontrés par le passé et ont vécu une romance (un peu dans le même style que The Vampire Diaries avec Katherine, Stefan et Damon).

Dans les tous cas, Alden Ehrenreich et Alice Englert sont vraiment tous les deux très convaincants dans leurs rôles, ils n’en font pas trop et c’est une bonne chose. J’ai également apprécié les prestations de Jeremy Irons et Emma Thompson, sortes d’Aînés parmi les Enchanteurs.

Quand je vois la déception qu’a été Mortal Instruments, je suis assez triste de constater que malheureusement Sublimes Créatures n’a pas si bien fonctionné au box office, car au contraire du premier cité, Sublimes Créatures aurait vraiment mérité une suite car on sent que même sans les avoir lus, l’histoire des livres a vraiment du potentiel et qu’il y avait encore beaucoup à dire. Mais voilà, je pense qu’une certaine lassitude s’est installée auprès du public pour ce genre de films. L’époque « Twilight » est désormais révolue. Maintenant la mode est plutôt aux films avec un futur dystopique comme Twilight ou Divergente (deux sagas que j’adore). Mais on peut toujours croiser les doigts pour une suite à Sublimes Créatures !

En clair, un film que je conseille aux amateurs de fantastique et de bit-lit !!

Publicités

Free Fall : Renaissance – Chapter 6 (English Version)

Chapter 6

Here finally comes Chapter 6 of Free Fall : Renaissance ! I hope you will appreciate it because I know you were quite a lot to wait for it given to the numerous positive comments I got 🙂 I would like to thank you all once again for your great support. Yesterday, my website reached a record number of 203 daily visits, this is amazing ! Don’t forget to let me a little comment to give me your opinion ^^ Good reading, and see you soon for Chapter 7 !

Sad-Man-With-Umbrella-Walking-In-A-Lonely-Street-Digital-Art-Artwork

I drive straight to Düsseldorf. The journey takes me a few hours. When I finally arrive, it is very late in the night and I’m exhausted. By doing a quick search on my phone, I find a cheap hotel located at the border of the city. I decide to book a room there in order to rest myself and start my researches tomorrow.

I’m so excited at the thought of finding Kay back that I’m hardly able to sleep. When I wake up it is 9am. I take a quick shower, then have breakfast in the hotel restaurant. After having eaten, I go to the reception to book an additional night.

I take the car and drive to the Düsseldorf town centre. It is about 10.30am when I get out of my Golf. I have absolutely no idea where to begin. I have no phone number. No address. No contact. Kay could very well be everywhere and nowhere at the same time. It’s like looking for a needle in a haystack !

However, there has to be somewhere to begin with. So I decide to walk aimlessly in the streets of the centre. At least to discover a little bit the surroundings, as I’ve never been in this city before. I meander like this for three hours. Feeling the hunger coming up in me, I buy a sandwich that I devour quickly. I am unable to stand still. I’m so on edge to be so close to Kay but to have no idea where he is exactly.

After my lunch break, I head myself to the banks of the Rhine where I walk along, thoughtful. Who knows, maybe Kay is also walking alone in the city. Maybe we are both wandering, like two solitary and lost souls. No, he surely has found a new job.

I’m suddenly extracted from my thoughts when I catch sight in the distance along the promenade of a man from behind with short blond hair, with both the frail but athletic stature of Kay.

– Hey ! I shout in his direction.

There are so many hubbubs that the person doesn’t hear me. I start to run in his direction. But the crowd is so big that when I arrive at the place I thought I noticed Kay, I don’t see him anywhere. People turn back when I pass on and look at me with strange faces.

– Pfff, I must have illusions. This entire story is going to my head, I think in a whisper.

I sit down on a bench and decide to make a quick call to Lena to have news from Max.

– Everything is going on fine, she reassures me. Max is in the best of health. What about you ? Do your researches bear fruit ? Still no trace of Kay ?

– No, not really. But I’m getting closer to my goal. Someone told me he was in Düsseldorf.

– What ?! Düsseldorf ? You’ve gone that far ? That’s a bit of a trek, says Lena, surprised.

We continue to discuss during a few minutes then hang up. I continue my stroll, but, as I’m at the end of my tether, I find it preferable to go back to the hotel. I stay a couple hours in my room looking at the TV and dozing.

Suddenly, an idea crosses my mind. I remember that Kay loves nightclubs, and there must be a lot of them in the town centre. This thought gives me a renewal of energy. I quickly change my clothes and dash directly to my Golf in order to join to centre of Düsseldorf. It is almost 11pm.

After having walked a few minutes, I find what seems to be a hip place. I get inside and order a glass of alcohol to relax. I can’t help myself to examine every entry and every departure hoping to see Kay. I stay two hours before taking the initiative to change to another place. I’m wasting my time, there must be dozens of night clubs in a big city like Düsseldorf.

I walk along several streets before going up in a large artery called Bahnstrasse. The street is quite lively. At one point, I come face to face with what seems to be a gay club, named 2Box. I enter it by any chance and sit down on a small sofa. A few minutes later, a waiter comes to take my order. I choose a double whisky.

While drinking my glass, I observe with curiosity the numerous persons passionately swaying their hips on the dance floor to a background of electro music. It reminds me the terrible weeks I lived after Kay’s disappearance and my break-up with Bettina. I had become used to this kind of place because of my nervous depression. It was the only way I found to escape from reality. I came back every time dead drunk. I almost got fired from the police team because of my constant lateness and my bad performances. Luckily, from one day to the next, I decided to never set foot again in this kind of clubs and I rather started to run again in the forest to evacuate my anxiety.

I look at my watch : it is almost 2am. I feel like my face is burning and decide to refresh myself in the toilets. When I enter the room, I don’t notice anyone. I head for the washbasin, run the water then rinse thoroughly my face. It makes me feel way better. When I lift my head, I discover in the mirror that I’m not alone.

In the extension of the toilets where the WC cubicles are located, I see the legs of someone lying on the floor, as unconscious. The rest of his body is hidden behind the wall, which extends the toilets perpendicularly. As I do not see very well what is happening, I turn back and decide to get closer, surprised. I discover another old man with a paunchy belly kneeling over the torso of the person on the floor. Most likely two drunk guys giving themselves over to a suspicious hobby. But the man on the ground doesn’t move at all and seems really unconscious. The old one is fondling the other guy unbeknown to him. It worries me even if I know I should not interfere. Certainly my cop instinct.

When I get a little bit closer to see the person on the floor, I discern a washed-out jean, a beautiful white and soft skin, a black t-shirt. An angelic face, magnificent blue eyes and golden blond hair. Kay is just in front of me. He is the one lying on the ground.

The old man lifts up his head in my direction and looks at me with a sadistic air :

– So, what the hell are you doing, are you gonna stay there ogling or will you enjoy with me ?

At first, I don’t reply nor I move, totally shocked. Then, like a thunderbolt which doesn’t warn, I feel an irrepressible furiousness rise in me.

– You disgusting faded pig ! I grumble.

The man stares at me, surprised. I rush at him. I feel madness invading me. I grab him by the scruff of the neck violently, administer him a punch in the face then throw him away.

– Clear off right now before I crush your head beneath my feet ! I scream.

The deviant leaves the toilets in all haste, afraid.

– Kay ! I scream with all my strength while flinging myself at him. I lift up his back.

I stick my face to his. I feel tears flood my face and I see them reach Kay’s cheeks. I can’t believe Kay, my Kay, is here with me. We are finally reunited after all these months. What an incredible coincidence ! How many chances did I have to find him now ? For the first time, I feel like destiny is giving me a little help. But I would have preferred to find Kay in a better state even though.

– Kay do you hear me ? Wake up !

I try to shake him softly, in vain. I pull up his pants, which had been untied by the old pervert. Then while frisking quickly Kay, I discover in the palm of his left hand a sachet filled with pills. I also find LSD in one of his pockets. He took drugs. And he lost consciousness. Or worst. I thought he was only drunk. I feel panic swell in me. I check his pulse. He still breathes. Swamped by fear, I don’t see other solution than calling Emergencies with my cell phone. Someone answers and after having asked me the address and little details, I am told that an ambulance will arrive as soon as possible. But I have already stopped listening.

All my attention is now focused on Kay. His face once radiant and smiley is lifeless and it worries me. I hold him very tight in my arms. I try to warm up his cold body. We stay there on the floor for what seems like an eternity. I didn’t even take the time to warn someone in the club. All that matters to me is to create a protective envelope around Kay with my body. I don’t want to let him go away. Not anymore. At a moment on, I see Kay opening slightly his eyes. I suddenly feel his hand grasping mine strongly, and my pulse accelerates.

– Kay ? Kay ? It’s me Marc ! Don’t worry, I’m here ! You have nothing to fear ! I am back ! I say to him while fixing his woozy eyes. It seems to me I glimpse a little smile on his lips but I’m not sure of it.

Kay loses consciousness right away again. I fear the worst. Luckily, a few seconds later, two people who must be the owners of the club penetrate in the toilets in all haste, accompanied by emergency doctors.

– Why the hell did you not warn us ?! yells at me one of the bosses.

I don’t know what to answer. Then, everything happens so quickly that I don’t understand anything. My heart beats wildly. Kay gets snatched from me. He is extracted from the toilets. I try to lift up and follow the cortege to the outside of the club.

– What happened ? I’m asked briefly.

– I don’t know, I found him unconscious on the floor. I … I think he took a large dose of drugs, I explain while trembling.

Two doctors place Kay on a stretcher and put an oxygen mask on his face. A first-aid worker shouts at me and asks me additional questions about Kay, like his first and last name. While I’m occupied with the worker, I barely have the time to turn back to see Kay being shoved in the ambulance truck.

– Can I come with you ? I beg at the first-aid worker.

– Are you family related to this person ?

– No.

– I’m sorry, you can’t follow us then. We have to go right now, he will surely need a gastric lavage. Hoping that he survives, of course.

I feel like receiving a hammer blow on the head. I stay unmoving. In less than fifteen seconds, the ambulance has started and disappears in the darkness. I collapse on the ground. I shout in rage. The echo of my voice reverberates through the whole street. Several persons look at me but I don’t pay attention to them. I didn’t even think of asking where Kay was about to be brought. And no one took my phone number.

Barely do I find Kay back that he is taken from me straight away. Why is fate so cruel ?

Chapter’s Song


I chose this song from Mylène Farmer (probably the most famous female singer in France) in duo with Jean-Louis Murat for its extraordinary and spellbinding beauty. The story of two separated souls, one « alive », the other « dead », and which as a consequence cannot really meet up. This is also likely the same case for Marc and Kay for whom destiny don’t do any favor. But one must always keep hope alive and believe in his lucky star, otherwise no chance is given to tomorrow.

Free Fall : Renaissance – Chapitre 6 (Version Française)

Chapitre 6

Voici enfin venu le Chapitre 6 de Free Fall : Renaissance ! J’espère que vous l’apprécierez car je sais que vous étiez beaucoup à l’attendre au vu des très nombreux commentaires positifs que j’ai eus 🙂 J’aimerais à nouveau vous remercier pour votre soutien sans faille. Hier, mon site a atteint un record avec 203 visites journalière, c’est vraiment incroyable ! Bonne lecture, et à bientôt pour le Chapitre 7 !

Sad-Man-With-Umbrella-Walking-In-A-Lonely-Street-Digital-Art-Artwork

Je pars aussitôt pour Düsseldorf. Le trajet me prend quelques heures. Lorsque j’y arrive enfin, il est très tard dans la nuit et je suis exténué. En faisant une rapide recherche sur mon téléphone je trouve un hôtel pas très cher situé en périphérie de la ville. Je décide d’y passer le reste de la nuit afin de me reposer et démarrer mes recherches demain.

Je suis tellement excité à l’idée de retrouver Kay que je ne dors que d’un œil. Quand je me lève il est 9h. Je me douche rapidement puis je vais prendre un petit déjeuner au restaurant de l’hôtel. Après avoir mangé, je vais à l’accueil afin de bloquer une nuit supplémentaire.

Je reprends la voiture et décide de me rendre dans le centre de Düsseldorf. Il est environ 10h30 lorsque je sors de ma Golf. Je ne sais absolument pas par où commencer. Je n’ai aucun numéro. Aucune adresse. Aucun contact. Kay pourrait très bien être partout et nul part à la fois. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin !

Néanmoins, il faut bien commencer quelque part. Je décide donc de marcher un peu au hasard dans les rues du centre. Au moins pour repérer un peu les lieux, puisque je ne suis jamais venu dans cette ville auparavant. Je déambule ainsi pendant trois heures. Sentant la faim monter en moi, j’achète un sandwich que je dévore rapidement. Je ne tiens pas en place. Je suis tellement énervé d’être si proche de Kay mais de n’avoir aucune idée d’où il se trouve exactement.

Après ma pause déjeuner, je me dirige vers les bords du Rhin que je longe, pensif. Si ça tombe, peut-être que Kay lui aussi marche seul dans la ville. Peut-être que nous errons tous les deux, telles deux âmes solitaires et perdues. Non, il doit sûrement avoir trouvé un nouveau job.

Je suis soudain extirpé de mes pensées quand j’aperçois au loin le long de la promenade un homme de dos aux cheveux cours blonds, avec la carrure à la fois frêle mais athlétique de Kay.

– Hey ! je crie dans sa direction.

Il y a tant de brouhaha que la personne ne m’entend pas. Je commence à courir dans sa direction, mais il y a tellement de monde que lorsque j’arrive à l’endroit où j’avais cru apercevoir Kay, je ne le vois plus nul part. Les gens se retournent sur mon passage et me regardent d’un air étrange.

– Pfff, je dois sûrement me faire des illusions. Toute cette histoire me monte à la tête, je pense tout bas.

Je m’assois sur un banc et décide de passer un rapide coup de fil à Lena afin de prendre des nouvelles de Max.

– Tout se passe bien, me rassure-t-elle. Max se porte à merveille. Et toi, que donnent tes recherches ? Toujours pas de trace de Kay ?

– Non, pas vraiment. Mais je me rapproche du but. J’ai réussi à savoir qu’il se trouvait à Düsseldorf.

– Quoi ?! Düsseldorf ? Tu es allé jusque là-bas ? Ça en fait une trotte, me lance Lena, surprise.

Nous continuons à discuter durant quelques minutes puis nous raccrochons. Je poursuis ma balade, mais, à bout de nerf, je trouve préférable de retourner à l’hôtel. Je reste quelques heures dans ma chambre à regarder la télé et à somnoler.

Soudain une idée me vient à l’esprit. Je me souviens que Kay adore les boîtes de nuit, et il doit sûrement y avoir quelques discothèques branchées dans le centre-ville. Cette pensée me donne un regain d’énergie. Je change rapidement mes habits puis file aussitôt jusqu’à ma Golf pour repartir vers le centre de Düsseldorf. Il est presque 23h. Après avoir marché quelques minutes, je trouve ce qui semble être un lieu branché. J’y entre et prend un verre d’alcool pour m’aider à relâcher la pression. Je ne peux m’empêcher de scruter attentivement chaque entrée et sortie dans l’espoir de voir Kay. Je reste deux heures supplémentaires avant de prendre l’initiative de changer d’endroit. C’est peine perdue, il doit y avoir des dizaines de boîtes de nuit et de clubs dans une ville de la taille de Düsseldorf.

Je longe plusieurs rues avant de remonter une grande artère du nom de Bahnstrasse. La rue est assez animée. À un moment donné, je tombe nez à nez avec ce qui semble être un club gay, du nom de 2Box. J’y entre à tout hasard et m’installe sur une banquette. Quelques minutes plus tard, un serveur vient prendre ma commande. J’opte pour un double whisky.

Tandis que je bois mon verre, j’observe avec curiosité les nombreuses personnes se déhanchant passionnément sur la piste sur fond de musique électro. Cela me rappelle les quelques semaines atroces que j’ai vécues après la disparation de Kay et ma rupture avec Bettina. J’étais devenu coutumier de ce genre d’endroit à cause de ma dépression nerveuse. C’était le seul moyen que j’avais trouvé pour échapper à la réalité. Je revenais chaque fois ivre mort. J’avais bien failli être viré de la caserne à cause de mes retards incessants et de mes mauvaises performances. Heureusement, du jour au lendemain j’ai décidé de ne plus remettre les pieds dans ce genre d’endroit et je me suis plutôt mis à recourir dans la forêt pour évacuer mes angoisses.

Je regarde ma montre : il est bientôt 2h. J’ai l’impression que mon visage est en feu et je décide d’aller me rafraîchir aux toilettes. Quand je rentre dans la pièce, je ne remarque personne au début. Je me dirige vers l’un des lavabos, fais couler de l’eau puis me rince abondamment le visage. Cela me fait un bien fou. En relevant ma tête, je constate dans le miroir que je ne suis pas seul. Dans le prolongement des toilettes où se situent les cabines, j’aperçois les jambes d’une personne allongée à terre, comme inconsciente. Le reste de son corps est caché derrière le mur qui prolonge les toilettes perpendiculairement. Ne voyant pas très bien ce qui se passe, je me retourne et décide de me rapprocher, surpris. Je découvre alors un autre homme assez âgé au ventre bedonnant agenouillé sur le torse de la personne au sol. Sûrement deux types soul qui s’adonnent à un loisir douteux. Mais l’homme à terre ne bouge pas du tout et semble bien inconscient. Le vieux est en train de le tripoter à son insu. Cela m’inquiète même si je sais que je ne devrais pas m’en mêler. Sûrement mon instinct de flic.

Quand je m’approche un peu plus pour observer la personne au sol, je discerne un jean délavé, une belle peau blanche et douce, un t-shirt noir. Un visage angélique, des yeux bleus magnifiques et des cheveux blonds dorés. J’en reste totalement blême. Incapable de bouger. Kay est juste devant moi. C’est lui qui est au sol.

L’homme lève la tête vers moi et me regarde d’un air sadique.

– Ben alors, qu’est-ce tu fous, tu vas rester là à mater ou tu en profites avec moi ?

Au début je ne réponds pas ni ne bouge, sous le choc. Puis, comme un coup de tonnerre qui ne prévient pas, je sens une rage irrépressible monter en moi.

– Espèce de vieux porc dégueulasse, dis-je en grognant.

L’homme me regarde d’un air surpris. Je fonce sur lui, je sens la folie m’envahir. Je l’attrape par le col avec violence, lui décoche un coup de poing et le balance sur le côté.

– Dégage de là tout de suite où je te défonce la tronche ! je hurle.

Le type part à toute vitesse des toilettes, apeuré.

– Kay, je crie de toute mes forces en me jetant à terre et en soulevant son dos.

Je colle mon visage au sien. Je sens des larmes inonder mon visage et je les vois rejoindre les joues de Kay. Je n’arrive pas à croire que Kay, mon Kay, est là avec moi. Nous sommes finalement réunis après tout ce temps. Quel hasard incroyable ! Combien de chance avais-je de le retrouver maintenant ? Pour la première fois, je sens que le destin me donne un coup de pouce. Mais j’aurais tout de même préféré retrouver Kay dans un meilleur état.

– Kay est-ce que tu m’entends ? Réveille-toi !

Je tente de le secouer doucement, en vain. Je remonte son pantalon qui avait été défait par le vieux pervers. Puis en fouillant rapidement Kay, je découvre dans la paume de sa main gauche un sachet de pilules. Je retrouve également du LSD dans l’une de ses poches. Il s’est drogué. Et il a perdu connaissance. Ou pire. Je pensais qu’il était seulement alcoolisé. Je sens la panique enfler en moi. Je vérifie son pouls. Il respire encore. Submergé par l’angoisse, je ne vois plus d’autres solutions que d’appeler les urgences depuis mon téléphone portable. Une personne décroche et après m’avoir demandé l’adresse, on me prévient aussitôt qu’une ambulance arrive au plus vite, mais je n’écoute déjà plus.

Toute mon attention est désormais focalisée sur Kay. Son visage jadis radieux et souriant est inanimé et cela m’inquiète. Je le sers très fort contre moi. Je tente de réchauffer son corps refroidi. Nous restons là par terre durant ce qui me semble être une éternité. Je n’ai même pas pris le temps de prévenir quelqu’un dans le club. Tout ce qui compte pour moi c’est de créer une enveloppe protectrice autour de Kay avec mon corps. Je ne veux plus le laisser partir. Plus jamais. À un moment donné, je vois Kay ouvrir très légèrement les yeux. Je sens soudain sa main serrer fort la mienne et mon pouls s’accélère.

– Kay ? Kay ? C’est moi Marc ! Ne t’inquiète pas je suis là ! Tu n’as plus rien à craindre ! Je suis revenu ! lui dis-je en fixant ses yeux vaseux. Il me semble apercevoir un léger sourire sur ses lèvres mais je n’en suis pas certain.

Kay reperd connaissance aussitôt. Je crains le pire. Heureusement, quelques secondes plus tard, deux personnes qui doivent vraisemblablement être les patrons du club pénètrent dans les toilettes en tout hâte, accompagnées d’urgentistes.

– Mais pourquoi vous n’êtes pas venu nous prévenir ?! me hurle un des patrons.

Je ne sais pas quoi répondre. Ensuite, tout se passe tellement vite que je n’y comprends plus rien. Mon cœur bat à cent à l’heure. On m’arrache Kay des bras. On l’extirpe des toilettes. J’essaye de me relever et de suivre le cortège jusqu’à l’extérieur du club.

– Que s’est-il passé ? me demande-t-on brièvement.

– Je ne sais pas, je l’ai trouvé inconscient sur le sol. Je … je crois qu’il a pris une forte dose de drogue, j’explique en tremblotant.

Deux personnes posent Kay sur un brancard et lui mettent un masque à oxygène sur la bouche. Un secouriste m’apostrophe et me pose plusieurs questions complémentaires au sujet de Kay, comme son nom et son prénom. Alors que j’ai le dos tourné, j’ai tout juste le temps de me retourner pour voir Kay être fourré sans ménagement dans un camion d’ambulance.

– Je peux vous accompagner ? je supplie l’un des secouristes.

– Avez-vous un lien de parenté avec cette personne ?

– Non.

– Désolé, vous ne pouvez pas nous suivre dans ce cas. Nous devons partir au plus vite, il va sûrement avoir besoin d’un lavage d’estomac. En espérant qu’il tienne le coup bien sûr.

J’ai l’impression de recevoir un coup de marteau sur la tête. Je reste immobile. En à peine une quinzaine de secondes, l’ambulance a démarré et disparaît dans les ténèbres. Je m’écroule sur le sol. Je hurle de rage. L’écho de ma voix résonne dans toute la rue. Plusieurs personnes me regardent mais je n’y prête aucune attention. Je n’ai même pas pensé à demander où Kay allait être emmené. Et personne n’a pris mon numéro de portable.

À peine ai-je retrouvé Kay qu’on me l’arrache aussitôt. Pourquoi le destin est-il si cruel ?

Musique du Chapitre


J’ai choisi cette musique de Mylène Farmer en duo avec Jean-Louis Murat pour son extraordinaire et envoûtante beauté. L’histoire de deux âmes séparées, l’une « vivante », l’autre « morte », et qui ne peuvent donc pas véritablement se rejoindre. C’est un peu aussi le cas pour Marc et Kay pour qui le destin ne fait pas de faveur. Mais il faut toujours garder espoir et croire en sa bonne étoile, sinon on ne donne aucune chance au lendemain.

Le Chapitre 6 de Free Fall est terminé ! Chapter 6 of Free Fall is finished !

Excellente nouvelle à tous ceux qui suivent assidûment Free Fall : Renaissance ! J’ai terminé l’écriture du Chapitre 6 🙂 Comme désormais je poste en même temps les versions françaises ET anglaises, il faudra donc attendre que je finisse la traduction avant de le découvrir. Mais d’ici 2/3 jours maximum, ça devrait être bon ! Ça a été un chapitre assez émouvant à écrire pour moi car une partie de ce que je voulais accomplir en écrivant une suite au film Free Fall commence enfin à se réaliser. C’est un cheminement assez long, car je voulais vraiment mettre en place tout un contexte avant, plutôt que de juste balancer mes rêves de fan déçu par la fin du film. Donc surveillez bien le site pour découvrir ce chapitre 6 !!

Excellent news for those who follow assidiously Free Fall : Renaissance ! I just finished to write Chapter 6 🙂 As from now on I post French AND English versions at the same time, you will have to wait a little bit that I finish the translation to discover it. But in 2 or 3 days maximum, it should be ok ! It has been quite a stirring chapter to write for me as part of what I wanted to accomplish by writing a sequel to the movie Free Fall finally starts to realize. It is a quite long progression, cause I really wanted to set up a whole context before, rather than just throwing up my dreams of fan disappointed by the ending of the movie. So be sure to check the website in order to discover Chapter 6 !

L’écriture du Chapitre 6 de Free Fall a commencé / Writing for Chapter 6 of Free Fall has begun

Coucou !

Ce petit article pour vous tenir informer de l’avancée de mon projet de suite Free Fall ! Je viens enfin de commencer l’écriture du chapitre 6. J’ai eu pas mal à faire ces derniers jours, car j’ai démarrer mon nouveau boulot Lundi dernier, du coup je suis assez crevé car changement de rythme hi hi ! Et encore moins de temps pour écrire 🙂 Mais voilà ça a bien commencé, car je sais que vous attendez avec impatience ce nouveau chapitre ! Et j’ai une grande nouvelle pour vous : il se pourrait bien que Marc retrouve enfin Kay !

Hello !

This little article to inform you about the evolution of my sequel project to Free Fall ! I just began the writing for chapter 6. I had quite a lot do these past few days : I’ve just started my new job last Monday, and as a consequence was very tired with the changing of rhythm lol ! And so less time to write 🙂 But anyway I’ve begun, cause I know that you guys are really waiting this new chapter ! And I have great news for you : it may well be that Marc finally finds back Kay !

Retrouvez-moi désormais sur Facebook ! You can now follow me on Facebook !

Bannière Facebook NocturneWorld

Salut tout le monde !

J’ai décidé de créer une page Facebook pour mon site NocturneWorld afin que les personnes qui suivent mon travail et qui n’ont pas forcément Twitter puissent me retrouver ailleurs. Ça sera l’occasion pour moi de vous avertir des nouveaux chapitres et articles qui je posterai, et aussi d’échanger encore plus avec vous 🙂

Vous pouvez « liker » ma page Facebook ici : https://www.facebook.com/thenocturneworld

Un grand merci à tous ❤

Helle everyone !

I’ve decided to create a Facebook page for my website NocturneWorld so that people following my work and who don’t necessarily possess a Twitter account can find me somewhere else. It will be the occasion for me to let you know when new chapters and articles are posted, and to exchange more with you as well 🙂

You can « like » my Facebook page here : https://www.facebook.com/thenocturneworld

A big thanks to all of you ❤

Mon avis sur le jeu Bioshock Infinite !

Bioshock-Infinite

Éditeur : 2K Games
Développeur : Irrational Games
Type : FPS / Aventure
Sortie France : 26 mars 2013
Classification : Déconseillé aux – de 18 ans
Supports : PS3 / 360 / Mac / PC

Bande-Annonce

Voici mon premier article dédié à un avis sur un jeu vidéo ! Si vous ne le savez pas encore, j’adore jouer aux jeux vidéo depuis tout petit. Bon, je ne suis pas un gros gamer, mais je me fais quelques jeux par ci par là. En général, j’aime bien les jeux très scénarisés, comme les jeux d’aventure. Il y a eu de grandes avancées pour ces jeux là ces dernières années, tant sur le plan de la construction narrative que des graphismes et du gameplay, à tel point qu’on a véritablement l’impression d’être immergé dans un film où on joue le premier rôle. J’aime aussi le Survival Horror et quelques jeux d’action. J’apprécie quand ces deux thèmes se mêlent l’un l’autre.

J’aime aussi les jeux de stratégie et de création, comme Les Sims (je suis un grand fan et j’ai joué à toutes les générations depuis 2001, mais je dois avouer que la saga perd de son intérêt au fil du temps, embourbée dans un terrain de plus en plus mercantile au détriment de la qualité), Minecraft ou encore Tropico. J’aime aussi les jeux de combat, mais c’est un bien grand mot, car en fait les seuls jeux de combat auxquels je joue sont les jeux Dragon Ball et Saint Seiya.

Je déteste les jeux qui ont un rapport avec l’armée ou la guerre du genre Call of Duty, Battlefield, etc. Ça ne m’a absolument jamais attiré, ne me demandez pas pourquoi. Peut-être parce que je trouve ça vraiment débile. Tout comme les jeux de foot (en même temps je déteste ce sport donc c’est pas très objectif ^^).

Je joue principalement sur PS3 et sur mon Mac, mais il m’arrive de ressortir ma Super Nintendo ^^ J’ai également joué sur GameCube, PS2, un peu de Wii, DS. Pour l’instant la PS4 n’est pas encore mienne car j’ai des jeux que je dois terminer, donc je n’en ressens pas le besoin pour l’instant.

Mes sagas fétiches sont entre autre Resident Evil, Uncharted, Assassin’s Creed ou encore Bioshock. Justement, j’aimerais vous parler du tout dernier Bioshock, intitulé Infinite.

J’ai adoré les 2 premiers opus, qui sont d’excellents jeux ayant créé tout un univers avec une mythologie très travaillée et recherchée et reprenant de grands thèmes comme l’utopie ou le transhumanisme. Alors que ces deux premiers jeux se déroulaient dans le fond des océans, dans la ville fictive sous-marine de Rapture, ce nouveau jeu fait le pari, non seulement d’être une préquelle à la saga se situant des décennies plus tôt, mais en plus de changer complètement de décors, puisque cette fois l’action a lieu dans une ville flottante, au dessus des nuages, appelée Columbia.

Le fond de l’histoire reste toujours le même : une sorte de grand gourou a décidé de créer une ville « parfaite » située dans les airs, loin de la corruption et du pêché qui sont représentés par la surface. Mais en réalité, ce qui semble être une cité utopique se révèle plutôt être une ville totalement inégalitaire. Certes les décors sont magnifiques et tout semble joli, mais ici par exemple le racisme est de mise. Les Noirs sont réduits à de simples esclaves au service des blancs, et les plus pauvres, qui travaillent dans les usines avec des horaires surchargés, sont entassés dans des taudis. C’est dans ce contexte que débarque notre héros, Booker DeWiit, avec pour mission de retrouver et sauver une mystérieuse jeune femme.

En terme de gameplay, on retrouve ce qui a fait le succès des précédents opus, avec une vue à la 1ère personne et des mécanismes bien rodés. On utilisera à loisir le corps à corps, les armes à feu, et bien entendu les célèbres « fortifiants » ici rebaptisés « toniques » qui permettent d’acquérir des pouvoirs spéciaux, comme la manipulation du feu (un classique) ou encore le contrôle de nuées de corbeaux (une nouveauté intéressante !). Comme dans les précédents jeux, les armes et les toniques peuvent être upgradés afin d’améliorer leurs performances (meilleure puissance, meilleure vitesse, etc.).

Au niveau des graphismes, on a droit à un jeu absolument magnifique. On voit qu’on arrive sur la fin de génération des consoles actuelles, poussées à leur maximum. C’est ainsi un plaisir de visiter Columbia, tantôt son cadre magnifique, tantôt ses ruelles sombres et peu accueillantes. Il y a un petit côté cartoonesque dans la modélisation de la ville et des personnages qui est le bienvenue. La bande-son est quant à elle sympathique, agrémentée de bruitages, sons et musiques de l’époque.

Scénaristiquement, on vole dans le haut du panier avec une histoire très bien desservie, dans la lignée des deux jeux précédents. L’histoire nous donne sans cesse envie de progresser dans l’aventure afin de découvrir tous les mystères ainsi que les tenants et aboutissants de l’intrigue.

Enfin, bonus sympathique, pour peu qu’on veuille bien se les payer, les développeurs ont mis au point deux DLC qui font le lien entre Infite et Bioshock 1, et qui permettent de retourner à Rapture ! Et ce qui est vraiment amusant, c’est que le début du premier DLC nous plonge dans Rapture avant que la guerre civile n’y éclate. Un must pour tout fan de la série !

Pour conclure, Bioshock Infinite est non seulement un très bon jeu, mais il permet aussi à la franchise de tirer sa révérence avec brio, puisque visiblement c’était le dernier jeu estampillé Bioshock auquel nous aurons droit suite à la dislocation des studios de développement. Le seul petit bémol pour moi restera quand même la fin, qui, sans ne rien dévoiler, s’éparpille un peu trop à mon goût dans un méandre pas très clair. Heureusement que les DLC « Tombeau Sous-Marin » sont là pour rapporter un peu de cohérence et d’éclaircissements.